La « popularité » : une hantise sous la Révolution

La popularité de certains leaders pourrait-elle produire une concurrence dangereuse avec la représentation parlementaire ? Beaucoup considèrent que la légitimité d’opinion dont jouit un leader (Marat, Robespierre, Danton, etc.) peut rivaliser avec la légitimité institutionnelle des élus et la menacer ou, en tout cas, l’influencer. De ce fait, le discours révolutionnaire exprime une angoisse répétitive sur dix ans de révolution : une double légitimité pèse sur tout le

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Lucien Jaume

Lucien Jaume

Agrégé de philosophie et docteur d’État en science politique, directeur de recherche émérite au CNRS, chercheur au CEVIPOF, enseignant à Sciences Po, membre du Comité directeur des Œuvres complètes de Benjamin Constant. Il a publié une douzaine de livres sur Hobbes, le jacobinisme, le libéralisme, l’esprit européen, Tocqueville (Fayard, prix Guizot de l’Académie française). Son dernier ouvrage concerne Le Religieux et le politique dans la Révolution française (PUF, « Léviathan »,2015). Il publiera en 2022 L’Éternel défi. L’État et les religions en France, des origines à nos jours chez Tallandier.