L’empereur Charles le Chauve

L’empereur Charles le Chauve

Trois rois de France ou des Francs furent empereurs romains ou, ce qui revient au même, empereurs d'Europe. Tout le monde connaît Charlemagne, que l'on célèbre comme le père de l'Europe, mais on connaît moins Charles le Chauve, son petit-fils, signataire en 843 du traité de Verdun qui divisa l'Europe en séparant la Francie, la Lotharingie et la Germanie. Laurent Theis, qui appartient à notre comité de rédaction, lui consacre son dernier livre, Charles le Chauve. L'empire des Francs (Gallimard, 2021, 272 p.). En voici le prologue, que l'auteur a bien voulu nous confier, car, conformément à nos règles, nous ne publions pas de critiques sur les livres des membres de nos comités, mais seulement des extraits.

Commentaire

Un autre Charles Ciel, exulte ! Terre, réjouis-toi ! Un nouveau Constantin a rayonné sur le monde : L’illustre Charles, de sainte extraction, Que Dieu a choisi pour gouverner les nations. Ainsi chantaient évêques, clercs et moines, aux temps carolingiens, pour saluer le souverain siégeant en majesté dans son Église. À l’évidence, n’est-ce pas Charles, le grand empereur sacré en l’an 800, dont il s’agit, Charlemagne dont le nom seul, depuis douze siècles

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Laurent Theis

Laurent Theis

Ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé d’histoire. Il a notamment publié François Guizot (Fayard, 2008) et établi une nouvelle édition d’œuvres de Mme de Staël (La Passion de  la liberté, Robert Laffont, « Bouquins », 2017).