La fabrique d’un médiéviste

Si la royauté française n’a pas de commencement ni même d’origine assignables[1], l’historien qui s’en saisit, lui, en a, intellectuellement mais aussi affectivement, voire physiquement. La courtoisie et la probité commandent de les indiquer au lecteur, en s’autorisant, exceptionnellement, le recours à la première personne du singulier. D’autant plus que, dans le domaine du travail historique, l’effet de génération imprime fortement sa marque. Avoir 21 ans en 1969 – c

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Laurent Theis

Laurent Theis

Ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé d’histoire. Il a notamment publié François Guizot (Fayard, 2008) et établi une nouvelle édition d’œuvres de Mme de Staël (La Passion de  la liberté, Robert Laffont, « Bouquins », 2017).