Dossier thématique

Vive l’Ukraine !

 

« Le 1er juin 1867, le tsar Alexandre II vint à Paris pour l’Exposition universelle. Le 4 juin, il se rendit au Quartier latin pour visiter le musée de Cluny, sur le boulevard Saint-Michel, où les étudiants l’accueillirent aux cris de “Vive la Pologne !”. Au Palais de justice, en tête des avocats en robe, Charles Floquet exprima un retentissant “Vive la Pologne, Monsieur !”. On peut douter que Vladimir Poutine vienne de sitôt en France ou en Europe. Mais, si lui-même ou l’un de ses successeurs venait un jour, avant que les grilles de la « Prison des peuples » (c’est ainsi qu’en 1914 Lénine désignait l’Empire russe) aient été rouvertes, on peut être sûr que retentira “Vive l’Ukraine !, devenu le signe de ralliement des défenseurs de la liberté.” »

Voilà ce que nous écrivions le 25 février 2022. Nous redisons « Vive l’Ukraine ! » deux ans plus tard, et nous le redisons avec d’autant plus de gravité qu’il est évident aujourd’hui que Poutine fait immensément souffrir l’Ukraine, qu’il menace toujours la liberté des Ukrainiens et désormais celle de tous les Européens, et qu’il s’est emparé de la liberté des Russes. Ce qui nous conduit à proposer à nos lecteurs plusieurs articles que nous avons publiés sur la Russie, quelques-uns avant 2022, la plupart après le début de la guerre.

Heureux temps pour les délateurs

Heureux temps pour les délateurs

Victor Erofeev continue sa chronique des temps sombres en Russie en décrivant la vague de délations qui déferle, dans son pays d’origine, sur qui oserait s’opposer à la guerre et au Kremlin. Le retour vigoureux de cette pratique déjà bien connue de l’Union soviétique au siècle passé permet de mieux comprendre l’état d’esprit de la société russe deux ans après l’invasion de l’Ukraine.

Par Victor Erofeev

Nº 184 / hiver 2023

L’impossible guérison de la Russie ?

L’impossible guérison de la Russie ?

Le 28 décembre 1973, L’Archipel du Goulag paraissait à Paris, en langue russe. Le 50e anniversaire de cette publication est l’occasion pour Hervé Mariton, dans le contexte d’une nouvelle rupture entre le Grand Ours et le monde occidental, de rappeler le sens et la force de l’œuvre d’Alexandre Soljénitsyne.

Par Hervé Mariton

Nº 184 / hiver 2023

Le conflit russo-ukrainien vu avec philosophie

Le conflit russo-ukrainien vu avec philosophie

Philippe Raynaud a lu Le Courage de l’Ukraine. Une question pour les Européens de Constantin Sigov, un livre qui propose une vision à long terme des enjeux philosophiques du conflit russo-ukrainien. Quelles leçons pour l’avenir pouvons-nous tirer de la guerre en cours ?

Par Philippe Raynaud

Nº 184 / hiver 2023

Vassili Grossman <br />ou la littérature <br />à l’épreuve de la vérité

Vassili Grossman
ou la littérature
à l’épreuve de la vérité

Depuis la traduction en 1984 de Vie et Destin, l’œuvre de Vassili Grossman s’est imposée en France comme une des références majeures pour la compréhension du communisme et de l’histoire russe. Luba Jurgenson nous en propose une vue globale, centrée sur la question de la vérité et sur les tâches de la littérature après le totalitarisme.

Par Luba Jurgenson

Nº 183 / automne 2023

Souvenirs (I)

Souvenirs (I)

Dans cette première partie de ses Souvenirs, Alain Besançon revient sur sa formation et son engagement communiste.

Par Alain Besançon

Nº 183 / automne 2023

Quand Poutine se prend pour Staline

Quand Poutine se prend pour Staline

Florence Grandsenne et Pierre Rigoulot donnent quelques exemples de cet art consommé du mensonge que l’actuel maître du Kremlin a si bien hérité du Petit Père des peuples.

Par Florence Grandsenne, Pierre Rigoulot

Nº 183 / automne 2023

La stratégie russe, <br />de l’idéologie à la géopolitique

La stratégie russe,
de l’idéologie à la géopolitique

Dans son ouvrage Pensée et culture stratégiques russes, Dimitri Minic analyse les stratégies mises en œuvre par la Russie depuis plus de quinze ans afin de contourner la lutte armée, et comment la guerre menée contre l’Ukraine a fait évoluer les préférences militaires du Kremlin.

Par Georges-Henri Soutou

Nº 183 / automne 2023

N’abandonnons pas les sanctions contre la Russie

N’abandonnons pas les sanctions contre la Russie

Après des mois de forfanterie, Vladimir Poutine a reconnu à demi-mot, au printemps 2023, les conséquences délétères des sanctions internationales sur la santé économique de la Russie. Selon l’historienne Françoise Thom, il est nécessaire que l’Occident persévère sur la voie des sanctions, bel et bien parvenues à ébranler le régime poutinien.

Par Françoise Thom

Nº 182 / été 2023

La guerre d’Ukraine <br />vue de Cracovie

La guerre d’Ukraine
vue de Cracovie

Dès le début de la guerre en Ukraine, Agnieszka Tombińska s’est impliquée dans l’aide aux réfugiés ukrainiens à Cracovie. Elle nous offre le récit de cette expérience.

Par Agnieszka Tombińska

Nº 181 / printemps 2023

« Sans ennemi, plus de Russie »

« Sans ennemi, plus de Russie »

Le léninisme et le stalinisme ont laissé une empreinte sur la Russie, qui se manifeste dans certains comportements du Kremlin d’aujourd’hui. Georges Nivat propose un tour d’horizon historique de certaines constantes de la politique russe, notamment « la religion de la victoire ».

Par Georges Nivat

Nº 181 / printemps 2023

L’Occident est-il responsable de la guerre d’Ukraine ?

L’Occident est-il responsable de la guerre d’Ukraine ?

Si la question se pose des fautes éventuelles de la diplomatie occidentale vis-à-vis de la Russie, ce n’est pas pour en déduire la conduite à tenir face à l’agression russe en Ukraine ou reconsidérer la nécessité d’y résister. C’est pour deux autres raisons, que Gilles Andréani explique dans cet article.

Par Gilles Andréani

Nº 180 / hiver 2022

Staline et Poutine

Staline et Poutine

Luc Ferry déclarait en août 2022 qu’il était « absurde historiquement » de comparer Poutine à Staline. Ce n’est pas l’avis de François Kersaudy, qui dresse dans cet article la liste des points communs entre les deux hommes.

Par François Kersaudy

Nº 180 / hiver 2022

Une Russie sans avenir ou un avenir sans la Russie ?

Une Russie sans avenir ou un avenir sans la Russie ?

Victor Erofeev poursuit sa chronique des déboires de la Russie en imaginant avec inquiétude le tour que prendront les prochains actes de la guerre d’Ukraine et le sort que l’Occident voudra bien réserver à son pays une fois la paix restaurée.

Par Victor Erofeev

Nº 180 / hiver 2022

La guerre en Ukraine : comment la Russie a perdu l’Occident

La guerre en Ukraine : comment la Russie a perdu l’Occident

En Europe, l’idée flotte encore dans certains pays que l’agression russe contre l’Ukraine constitue une réponse devenue, à la longue, inévitable à l’expansion vers l’est de l’OTAN ou à la politique agressive des États-Unis dans « l’étranger proche » de la Russie. L’analyse qui fait de ces phénomènes un des facteurs explicatifs majeurs des récentes décisions stratégiques du Kremlin se heurte cependant à beaucoup d’objections factuelles, comme le montre Michel Duclos.

Par Michel Duclos

Nº 179 / automne 2022

Poutine : l’heure de vérité

Poutine : l’heure de vérité

Les événements survenus en Ukraine et l’inévitable confrontation qu’ils provoquent entre la Russie de Vladimir Poutine et l’Occident invitent Françoise Thom à revenir sur la personnalité de l’autocrate russe. Celui-ci a d’abord bénéficié d’atouts considérables, et peut-être d’une chance exceptionnelle, qui ont nourri en Occident beaucoup d’illusions. Mais les vices du système poutinien sont apparus au grand jour depuis : l’heure de vérité quant au régime russe a-t-elle sonné en Europe ?

Par Françoise Thom

Nº 147 / automne 2014

Ce qui n’a pas marché en Russie

Ce qui n’a pas marché en Russie

Pourquoi la politique libérale, dont l’histoire a démontré partout ailleurs qu’elle était porteuse de prospérité et de démocratie, a produit en Russie des résultats aussi lamentables, voire négatifs ? Martin Malia tente de répondre à cette question en analysant les difficultés du mandat de Boris Eltsine dès la chute de l’Union soviétique en 1991 et l’héritage qu’il a laissé à la Russie de Vladimir Poutine.

Par Martin Malia

Nº 89 / printemps 2000

Sur l’antifascisme

Sur l’antifascisme

L’historienne Annie Kriegel explique en quoi l’étude du comportement des régimes nazis et soviétiques vis-à-vis de la société civile permet d’en saisir les spécificités, bien qu’on ait aujourd’hui coutume de les réunir sous le concept commun de totalitarisme.

Par Annie Kriegel

Nº 50 / été 1990