Sur le pouvoir judiciaire

Partir d’une métaphore Pour réfléchir à ce qui fonde le pouvoir judiciaire, le recours à une métaphore est particulièrement fertile : le prince, les mains couvertes de sang car il vient de triompher de ses ennemis, s’adresse à la foule : « On ne recommencera plus. — Mais comment pouvons-nous te croire ? lui lancent certains. Tu as vu tes mains ? » Le prince explique alors qu’il désignera des gens qu’on appellera des juges, qui garantiront la paix civile et

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

En achetant cet article, vous aurez accès à tous les articles "Enquête sur le pouvoir judiciaire – première partie (Soulez Larivière/Avril/Beaud)".

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Daniel Soulez Larivière

Daniel Soulez Larivière

Avocat et essayiste. A notamment publié Le temps des victimes (avec Caroline Eliacheff, Albin Michel, 2006) et Anatomie d’un fiasco judiciaire. L’affaire AZF (Albin Michel, 2022).