Pour un pouvoir judiciaire

Le refus d’un pouvoir judiciaire va de pair avec la dualité des ordres juridictionnels, administratif et judiciaire. Elle est censée reposer sur « la conception française de la séparation des pouvoirs », c’est-à-dire en réalité celle de la confusion des pouvoirs exécutif et judiciaire.   La méconnaissance de la séparation des pouvoirs L’existence même du juge administratif est une atteinte lourde à la séparation des pouvoirs strictement entendue. L’a

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Serge Sur

Serge Sur

Professeur émérite de l’université Panthéon-Assas (Paris-II). Fondateur et directeur du Centre Thucydide-Analyse et recherche en droit international (1999-2012). Ancien directeur scientifique de l’Institut des Nations unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR, 1986-1996). Ancien juge ad hoc à la Cour internationale de justice (CIJ, 1989-1992). Rédacteur en chef de Questions internationales (depuis 2003). Doyen académique du campus de Dubaï de Sorbonne-Assas International Law School (depuis 2021). Membre de l’Académie des sciences morales et politiques (depuis 2022).