La cassation et la révision du procès de Jeanne d’Arc

Nombreux et divers sont les grands esprits – historiens, chartistes, juristes1 – qui se sont penchés, même à titre laïque et scientifique, sur la condamnation de Jeanne d’Arc, « lapse et relapse », à la mort par le feu (prononcées les 24 et 29 mai 1431, exécution le 30 mai 1431), sous les qualifications cumulées de crimes d’hérésie, de schisme et de sorcellerie. Leur communis opinio, puissamment confirmée par les documents constitutifs de la procédure dite « d

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Jean-Pierre Gridel

Jean-Pierre Gridel

Agrégé des facultés de droit (droit privé et sciences criminelles). Professeur aux universités d’Angers (1981-1986) puis de Paris-V (1986-2000). Conseiller à la Cour de Cassation (2000-2015). Matières enseignées, jugées et publications : droit civil, droit pénal, histoire et théories générales du droit, méthodologie du discours juridique.