Proust avec Fallois

Voilà un peu plus d’un an que Bernard de Fallois a disparu et, comme à tous ses amis, sa générosité, son intelligence, sa drôlerie, sa mauvaise foi feinte et son systématique esprit de contradiction me manquent. Lors de nos déjeuners, il parlait peu de Proust, et je préférais lui poser des questions sur Simenon et Pagnol qu’il avait très bien connus (parvenant même à avoir avec Simenon une forme d’intimité, ce qui ne devait pas être facile). Plusieurs fois je lui

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Christophe Mercier

Christophe Mercier

Ancien élève de l’École normale supérieure. Agrégé des lettres. Critique littéraire au Figaro et aux Lettres françaises. Dernier ouvrage paru : Longtemps est arrivé (Bartillat, 2019).