L’Ukraine et l’OTAN

Vladimir Poutine, qui a toujours habilement pratiqué l’extorsion1, vient d’exiger que l’OTAN renonce à soutenir l’adhésion ultérieure de la Géorgie et de l’Ukraine, comme elle s’y était engagée au Sommet de Bucarest en 2008. Revenir sur cette déclaration est la condition qu’il pose pour ne pas envahir l’Ukraine. Inutile de dire que ni les États-Unis ni les autres pays membres de l’OTAN ne devraient céder à cette exigence. Le simple

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Francis Fukuyama

Francis Fukuyama

Oliver Nomellini Senior Fellow au Freeman Spogli Institute for International Studies de l’université de Stanford et Mosbacher Director of the Center on Democracy, Development and the Rule of Law. Dernier ouvrage paru : Liberalism and Its Discontents (New York, Farrar, Straus and Giroux, 2022).