La guerre pour l’art ?

Il est bien acquis que les œuvres d’art constituant le patrimoine artistique majeur d’un pays peuvent servir de supports aux terroristes qui se saisissent de tous moyens pour apeurer, abrutir et martyriser. Elles peuvent aussi constituer des poisons dans les relations internationales. Les sculptures des frises du Parthénon réunies au British Museum constituent un exemple célèbre. Il en va de même d’œuvres chinoises provenant du palais d’Été, dont la destruction r

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Jean-Pierre Daviet

Jean-Pierre Daviet

Ancien élève de l’École normale supérieure, est professeur émérite à l’université de Caen ; spécialiste d’histoire contemporaine, il a écrit Une multinationale à la française, Saint-Gobain 1665-1989 (Fayard, 1989), La Société industrielle en France 1814-1914. Productions, échanges, représentations (Seuil, 1997) et La Dynastie des Rockfeller. Fortune et philanthropie (MA Éditions, 2017).

Pierre Grégory

Pierre Grégory

Professeur de sciences économiques et de gestion à l’université Panthéon-Sorbonne (1984-2003), puis à l’université Panthéon-Assas, vice-chancelier des universités de Paris de 2005 à 2010, est l’auteur de nombreux articles sur l’économie de l’art et l’histoire de l’art. Il est membre de la commission interministérielle d’agrément pour la sauvegarde du patrimoine artistique national.