La finance ne serait-elle qu’un monde virtuel ?

La crise actuelle n’a pas de précédent. Elle intervient en effet à un moment où la globalisation a créé des interdépendances fortes entre toutes les économies. Et partout dans le monde l’opinion vit ses rebondissements en temps réel, grâce aux nouvelles technologies de l’information. À ses yeux, cette crise trouve son origine dans l’emprise croissante que la finance et plus particulièrement les marchés exerceraient sur la vie économique. Au niveau macroécon

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Michel Pébereau

Michel Pébereau

Polytechnicien et diplômé de l’École nationale d’administration. Inspecteur général honoraire des Finances, a passé quinze ans au ministère de l’Économie et des Finances, à l’Inspection des finances, puis à la direction du Trésor. A quitté l’administration pour le Crédit commercial de France en 1982 et a dirigé la privatisation de deux banques : le CCF et la Banque nationale de Paris, dont il a été président-directeur général de 1993 à 2000. Après avoir réalisé la fusion de BNP et de Paribas, est devenu président-directeur général de BNP Paribas de 2000 à 2003, puis président de 2003 à 2011. Est aujourd’hui président d’honneur de BNP Paribas. A présidé l’Institut de l’entreprise et l’Institut Aspen France, ainsi que le conseil de direction de l’Institut d’études politiques de Paris jusqu’au mois de mars 2013. Est membre de l’Académie des sciences morales et politiques.