La démocratie libérale : victorieuse et assaillie

De « la grande illusion » à « la fin de l’histoire » Il y a environ vingt-cinq ans, l’effondrement du communisme en Union soviétique et en Europe de l’Est a ressuscité une thèse en sommeil depuis quatre-vingts ans. Selon celle-ci, l’histoire de l’humanité étant par nature fondamentalement progressiste, un gouvernement démocratique libéral raisonnable et humain, capable de promouvoir la paix et la prospérité, était appelé à triompher dans le mond

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Abram N. Shulsky

Abram N. Shulsky

Ancien étudiant de Cornell College où il fit des études de mathématiques, puis de l’université de Chicago, en philosophie et en sciences politiques, où il fut élève de Leo Strauss et où il obtint son Ph D. Il a occupé des fonctions officielles au département de la Défense à Washington pendant la présidence Reagan, puis pendant la présidence de G. W. Bush. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles portant sur des questions de défense, de renseignements et de politique mondiale. Notamment : Silent Warfare : Understanding the World of Intelligence (avec Gary Schmitt, Washington, Brassey, 3e édition, 2002). Il a longtemps poursuivi ses recherches à la Rand Corporation. Il est actuellement Senior fellow au Hudson Institute de Washington. L’article publié ici est tiré de The American Interest, no 1, vol. 10, 14 août 2014, sous le titre : « Liberalism’s beleaguered victory ». Il a été traduit de l’anglais pour Commentaire par Isabelle Hausser.