Claudel, Roosevelt, l’Amérique et la guerre

Du Claudel des années 1930 et 1940, la mémoire collective a surtout voulu retenir le poème Aux martyrs espagnols du printemps 1937, hommage à « la Sainte Espagne » qui a « tiré l’épée » contre ceux qui veulent « brûler Dieu », et les Paroles au Maréchal composées en décembre 1940. On a oublié que ces dernières ont été écrites quinze jours après l’arrestation de Laval (laquelle semblait devoir mettre fin à la politique de collaboration), par un homme espi

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Claude Pérez

Claude Pérez

Professeur émérite de littérature française à l’université d’Aix-Marseille. Auteur de plusieurs ouvrages sur Paul Claudel, Jean Paulhan et Roger Caillois, ainsi que sur l’histoire et l’anthropologie de l’imagination (Les Infortunes de l’imagination, Presses universitaires de Vincennes, 2010). Il a publié par ailleurs des ouvrages de fiction (Amie la sorcière, Verdier, 2001  ; L’Ombre double, Fata Morgana, 2007). Il vient de faire paraître une biographie de Paul Claudel : Paul Claudel. Je suis le contradictoire. Biographie (Cerf, 2021 ; Grand Prix catholique de littérature 2022).