Benjamin Constant, heurs et malheurs de la liberté des modernes

L’idée de consacrer un chapitre à Benjamin Constant dans une histoire des figures de la droite n’aurait sans doute posé aucune difficulté dans la période comprise entre la Libération et la fin des années 1970. L’auteur de De l’esprit de conquête et de l’usurpation est connu comme une figure libérale et le libéralisme apparaît alors comme une position archaïque ou dépassée dont on voit mal comment la gauche, qui est par définition le parti du mouvement

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Philippe Raynaud

Philippe Raynaud

Directeur de Commentaire. Professeur émérite de science politique à l’université Paris-II Panthéon-Assas. Dernier ouvrage paru : Le Juge et le Philosophe (2e éd. augmentée, Armand Colin, 2020).