Donatien Grau

Ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé des lettres, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris. Docteur en littérature française et comparée de l'université Paris-Sorbonne, docteur de philosophie de l'université d'Oxford, docteur en sciences historiques et philologiques de l'École pratique des hautes études. Conseiller auprès de la Présidence des musées d'Orsay et de l'Orangerie pour les programmes contemporains, et codirecteur de la collection « Figures », aux éditions Grasset. Parmi ses publications : Tout contre Sainte-Beuve (Prix François-Victor Noury de l'Institut, Grasset, 2013), Néron en Occident (Gallimard, 2015), Le Roman romain (Les Belles Lettres, 2017) et, avec Emanuele Coccia, Le Musée transitoire (Klincksieck, 2018).

Mise à jour dans le numéro 166
Article Revue
Lecture et couture Été 2019
n° 166
Rome Hiver 2018
n° 164
Tino Sehgal à Marrakech Automne 2017
n° 159
Néron, une figure de l'histoire Automne 2015
n° 151
L'esprit comme politique. Actualité de Bernard de Chartres Hiver 2013
n° 144
La philosophie vers le dehors Été 2013
n° 142
Retour à Proust par Sainte-Beuve Printemps 2013
n° 141
Lectures 2012 Hiver 2012
n° 140
Ne doutez pas, croyez en la France Automne 2011
n° 135
« Danse dans les chaînes » et « libération de l'esprit » Été 2011
n° 134
Un, trois, sept : réflexions pythagoriciennes sur Proust Printemps 2011
n° 133
Lectures 2010 Hiver 2010
n° 132
Proust sous l'œil du critique Automne 2010
n° 131
La Comédie-Française et le théâtre « altermoderne » Été 2009
n° 126
Le fragile métier du critique Printemps 2009
n° 125
Le dilemme d'Avignon Automne 2008
n° 123
Kirsty Gunn : au cœur de l'écriture Été 2008
n° 122
Commentaire Printemps 2008
n° 121
Marcel Proust : l'autoportrait éclaté Hiver 2007
n° 120
ÉLOGE DE LA BEAUTÉ ET DE L'ÉRUDITION
« Cioran, considérant la suite de merveilles inventées par la France depuis mille ans, lui accorde le droit de se reposer. De mon côté, j’ai décidé très tôt qu’il ne fallait pas se laisser impressionner par la décadence. J’ai cherché, enseigné et écrit pour faire revivre, au moins par la mémoire, quelques siècles de fécondité française. J’ai été jusqu’à apostropher l’État français et le sommer de faire passer toujours notre patrimoine et notre langue avant le soutien servile aux divertissements de masse. »
Pour Commentaire, le 18 août 2017

 Marc Fumaroli est avec Raymond Aron, Jean-Claude Casanova et Pierre Manent un des fondateurs de Commentaire. Retrouvez tous ses articles sur notre site.