Voyager, c’est être infidèle

Voyager, c’est être infidèle. Soyez-le sans remords ; oubliez vos amis avec des inconnus ; trompez votre maîtresse avec des monuments ; à vos parents, préférez ce placeur de films avec lequel vous faites un poker de douze jours à travers le Pacifique. N’écrivez pas ; dites-vous que votre livre d’adresses est un cimetière ; mettez-vous en friche ; assolez votre esprit, faites alterner les cultures de solitude, de silence avec les récoltes de travail, de chagrins

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article