« Retournons à l’Antique, ce sera un progrès »

Les Français de Corneille et jusqu’à ceux de la Révolution s’approprièrent l’Antiquité romaine d’une manière telle que nous n’en aurions plus aujourd’hui le courage – grâce à notre esprit historien supérieur. Et, quant à l’Antiquité romaine elle-même : avec quelle violence et quelle naïveté à la fois ne mit-elle pas la main sur tout ce que la haute Antiquité hellénique avait d’excellent et d’élevé ! Comme les Romains sa

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Alexandre Grandazzi

Alexandre Grandazzi

Professeur à la faculté des lettres de Sorbonne Université, dont il dirige l’Institut d’études latines. De Guglielmo Ferrero, il vient de republier et préfacer Les Femmes des Césars (Tallandier, « Texto », 2024).