Réformer sans réviser, transformer sans détruire

Bertrand MATHIEU, Réformer sans réviser, transformer sans détruire Demander aux membres du Comité présidé par Édouard Balladur de présenter au nouveau gouvernement des « recommandations institutionnelles » est à la fois paradoxal et logique, stimulant et frustrant. Paradoxal, car c’est admettre que le nouveau gouvernement soit à l’écoute de conseillers nommés par le Prince pr&eac

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article