Récits de la démocratie espagnole

À peine arrivé au pouvoir, le nouveau chef de gouvernement, le socialiste Pedro Sánchez, décidait de forcer l’exhumation du dictateur Franco de la basilique de la Valle de los Caídos où il avait été enterré le 22 novembre 1975. La décision était politicienne avant d’être politique : il s’agissait de réveiller le clivage gauche-droite et le souvenir de la dictature franquiste constitue, à cet égard, une arme puissante. Pedro Sánchez donnait ainsi des gages facil

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Benoît Pellistrandi

Benoît Pellistrandi

Ancien élève de l’École normale supérieure, professeur de Chaire supérieure en histoire et chargé d’enseignement à l’Institut catholique de Paris. Dernier ouvrage paru : Les Fractures de l’Espagne. De 1808 à nos jours (Gallimard, « Folio histoire », 2022).