Prendre son parti

Faire beau c… — Prendre son parti philosophiquement d’un malheur qu’on ne peut empêcher ; céder avec grâce à la nécessité.Je demande pardon de la citation un peu longue que je vais produire, à l’appui de mon interprétation ; mais c’est une page d’histoire sérieuse et piquante tout à la fois, et qu’il ne faut pas mutiler.

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article