Pierre Lamalattie et Michel Houellebecq

Pierre Lamalattie portraitise une société où prime l’économie, qui va droit à l’essentiel (1) : la peinture permet la saisie en un seul coup d’œil d’une présence immédiate, comme un flash intuitif, d’où peut-être la décoloration de ses peintures : ses portraits sont peints dans une grisaille bleutée. Malgré la formule consacrée, « toute ressemblance a

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Christine Sourgins

Christine Sourgins

Après des études d’histoire et d’histoire de l’art, devient conférencière au Louvre puis dans les musées de la ville de Paris pour les services pédagogiques. Aujourd’hui, est attachée culturelle, spécialisée dans l’étude de l’art dit « contemporain » et du système qu’il a engendré. A publié des articles dans diverses revues (Conflits actuels, Liberté politique, Catholica, etc.), ainsi que Les Mirages de l’art contemporain (La Table ronde, 2005). Son blog : http://sourgins.over-blog.com/