Nabokov, quand le génie résiste à l’intelligence

Nabokov, Pléiade, tome III : ouf ! Vingt-et-un ans après le début de leur pléiadisation, les romans de Nabokov sont maintenant au complet sous la célèbre reliure, etc., etc., et on peut juger sur son ensemble un massif impressionnant, relativement homogène, inégal, toujours intéressant (Nabokov était trop intelligent, et trop bon lecteur, pour écrire quoi que ce soit de médiocre), parfois ennuyeux. En 1999, à propos du premier volume (sur l’édition duquel j’émettais

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Christophe Mercier

Christophe Mercier

Ancien élève de l’École normale supérieure. Agrégé des lettres. Critique littéraire au Figaro et aux Lettres françaises. Dernier ouvrage paru : Longtemps est arrivé (Bartillat, 2019).