L’Ukraine, l’Europe et la mémoire de la Shoah

« Ce qui fut unique entre 1940 et 1945, ce fut le délaissement. Toujours on meurt seul et partout les malheurs sont désespérés. Et entre les seuls et les désespérés, les victimes de l’injustice sont partout et toujours les plus seules […]. Il y a plus d’un quart de siècle, notre vie s’interrompit et sans doute l’histoire elle-même. Aucune mesure ne venait plus contenir les choses démesurées. Quand on a cette tumeur dans la mémoire, vingt ans ne peuvent rie

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Galia Ackerman

Galia Ackerman

Docteur en histoire, elle a enseigné à l’université de Jérusalem de 1974 à 1984. Elle est essayiste et chercheuse associée à l’université de Caen. Dernier ouvrage paru : Le Régiment immortel. La Guerre sacrée de Poutine (Premier Parallèle, 2019).

Philippe de Lara

Philippe de Lara

Ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud, il a enseigné la science politique à l’université Paris-II. Membre du comité du site Desk Russie. Dernier ouvrage paru : Exercices d’humanité (avec V. Descombes, rééd. Pocket, « Agora », 2020).