Le retour du roman historique. Entretien

Hocine Rahli. — Pourquoi avoir choisi d’écrire ce roman ? Camille Pascal. — La révolution de 1830 m’est apparue comme un angle mort de notre histoire, car elle est prise en étau entre celle de 1789, présentée comme le triomphe des Lumières, et celle de 1848, inaugurant les grands combats politiques et sociaux de la seconde moitié du xixe siècle et du début du xxe siècle. Les Trois Glorieuses sont encore méprisées aujourd’hui, taxées de révolution bourgeoise.

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Camille Pascal

Camille Pascal

Haut fonctionnaire, agrégé d’histoire. A enseigné à la Sorbonne et à l’EHESS, a été le collaborateur de plusieurs ministres, directeur de cabinet de Dominique Baudis au CSA puis secrétaire général du groupe France Télévisions.

Hocine RAHLI

Hocine RAHLI

Diplômé de Sciences Po Paris, de l’Inalco et de la Sorbonne. Professeur agrégé de philosophie. Son projet de thèse porte sur la traduction et le commentaire du Tahâfut al-tahâfut (De l’incohérence de l’incohérence) d’Averroès.