Le procès de la financiarisation

En effet, il faut prendre au sérieux cette conviction qui touche toute la société, la classe politique dans une large majorité, jusqu’au sommet de l’État, les syndicalistes, les intellectuels, les moralistes et même certains dirigeants d’entreprise. Des décisions peuvent être prises inspirées par ces idées, au moins dans les domaines qui relèvent encore de la souveraineté nationale. À l’échelle de l’Union européenne ou du G20, la frénésie française

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Antoine Jeancourt-Galignani

Antoine Jeancourt-Galignani

Inspecteur des Finances. A été responsable du financement du logement au ministère des Finances de 1969 à 1973 et rapporteur général de la Commission Barre en 1975. Après une carrière de banquier international (Indosuez), a présidé les AGF jusqu’en 2001. Président de l’Institut de finance internationale (IIF) de 1990 à 1994 ; président du Conseil consultatif international de la mairie de Shanghai de 1996 à 1999. Est propriétaire de la Librairie Galignani. A publié : La Finance déboussolée (Odile Jacob, 2002).