L’autonomie des universités exige lucidité et courage

Disons-le d’emblée : l’autonomie des universités en France est un slogan, bien plus qu’une réalité8. Tous les initiés savent que les universitaires agissent sous l’étroit contrôle de l’État et des responsables du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Jadis, ce n’était pas trop grave car, sous couvert d’une centralisation juridique, les universités dictaient leurs volontés au ministère. Depuis une vingtaine d&rsquo

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Olivier Beaud

Olivier Beaud

Professeur de droit public à Paris Université Panthéon-Assas, directeur adjoint de l’Institut Michel Villey pour la culture juridique et la philosophie du droit, membre honoraire de l’IUF (junior et senior). A notamment publié : La République injuriée. Histoire des offenses au chef de l’État de la IIIe à la Ve République (PUF, 2019) et Le Savoir en danger. Menaces sur la liberté académique (PUF, 2021).
E-mail : o-beaud@orange.fr