L’Adone

Un ostracisme littéraire réussi

Pourquoi le grand poète italien du xviie siècle Giambattista Marino et son chef-d’œuvre, l’épopée en vingt chants intitulée l’Adone, sont-ils inconnus hors d’Italie, alors que les deux prédécesseurs du xvie siècle avec lesquels Marino a rivalisé, l’Arioste, auteur du Roland furieux, et le Tasse, auteur de la Jérusalem délivrée, ont leur place marquée dans la mémoire cultivée de la France et de l’Europe modernes, et même contemporaines ? Avant

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés