La mystique de Charles Péguy et notre politique

La ritournelle est connue, exergue idéal à bien des pamphlets, des éditoriaux et des billets d’humeur : « Tout commence en mystique et finit en politique1. » Péguy a trente-sept ans quand il écrit cette phrase, en 1910, une affaire Dreyfus et dix années de direction des Cahiers de la quinzaine derrière lui, quinze ans de souvenirs militants républicains, socialistes puis patriotes et plusieurs milliers de pages publiées ou inédites. Il s’est converti au christianisme

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Alexandre de Vitry

Alexandre de Vitry

Ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, agrégé de lettres modernes et docteur en littérature française de l’université Paris-Sorbonne. Il a publié L’Invention de Philippe Muray (Carnets Nord, 2011), La Conquête de l’Alsace (JC Lattès, 2014) et Conspirations d’un solitaire. L’individualisme civique de Charles Péguy (Les Belles Lettres, 2015). Il a par ailleurs établi, présenté et annoté une édition des grands essais de Péguy pour la collection « Bouquins », sous le titre Mystique et Politique (Robert Laffont, 2015).