La conversion du regard

Pour un jeune doctorant des années 1990 prétendant travailler sur le xviie siècle français, cinq ou six grandes figures tutélaires s’imposaient, quelque peu contradictoires. D’un côté Louis Marin, solaire, pleinement ouvert à ce que l’on désignait alors comme la théorie et les sciences du langage : « jargon », « surinterprétation », « anachronisme » pour nombre des maîtres de l’Université ou du Musée d’alors. Non loin, Jacqueline Lichtens

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Frédéric Cousinié

Frédéric Cousinié

Docteur en histoire de l’art (Sorbonne-Paris IV), diplômé de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, il est un ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome. Il fut directeur de l’Institut français de Bilbao. Il est maître de conférences à l’Université de Provence et conseiller scientifique à l’INHA ainsi que professeur à l’Université de Normandie depuis 2010.