Italie. Le scandale de l’espoir

Comme s’il voulait marquer ouvertement son détachement face aux petits jeux politiques, dès le lendemain des élections européennes, desquelles il est sorti triomphateur, Matteo Renzi, le nouveau chef du gouvernement italien, a tourné son attention vers l’extérieur : l’Europe bien sûr, mais pas seulement. Il a entrepris un tour d’Asie à la tête d’une mission d’industriels, sans craindre de laisse

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Giuseppe Sacco

Giuseppe Sacco

Titulaire de la chaire de relations et systèmes économiques internationaux pendant 29 ans à l’université libre de Rome. A dispensé pendant plus de dix ans un enseignement d’ouverture sur l’Italie à Sciences Po Paris. A été visiting professor à la Brookings Institution, au MIT, et aux l’université d’Oxford, Princeton, du Texas (Austin), de San Francisco, Fudan (Shanghai) et Sogang (Seoul). Directeur de l’European Journal of International Affairs. A publié, entre autres, Il Mezzogiorno nella politica scientifica (Milan, 1969), Il Nuovo Medioevo (avec Umberto Eco, Milan, 1972), Industria e Potere mondiale (Rome, 1979), L’Invasione Scalza (Rome, 1989), La Polis Internet (Rome 2000), Critica del Nuovo Secolo (Roma, 2008), Batman & Joker : Volti e Maschere dell’America (Roma, 2013).