Grandes écoles et grands corps malades ?

La solution de quel problème ? On doit apparemment1 à Bert Lance, homme d’affaires devenu le directeur de l’Office of Management and Budget sous Jimmy Carter, l’expression « If it ain’t broke, don’t fix it », autrement dit « Si ce n’est pas cassé, ne cherche pas à réparer ». Mais quels sont donc les problèmes auxquels la suppression de l’ENA est censée apporter une solution ? Le premier est le mode de sélection des élites, appelées à

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Didier Maillard

Didier Maillard

Professeur émérite du Conservatoire national des arts et métiers, ancien titulaire de la chaire de Banque. Consultant et chercheur dans les domaines de l’économie de la fiscalité, de la gestion d’actifs, de la gestion des risques et de la gestion de patrimoine. Ancien élève de l’École polytechnique et de l’ENA, il a exercé des fonctions d’économiste et de gestionnaire d’actifs et des risques au ministère des Finances, à l’OCDE et à Paribas.