Flaubert, à nouveau en Pléiade

Madame Bovary, 300 pages, 406 notes, 15 pages de variantes. Flaubert est un écrivain qui semble destiné aux universitaires, un énorme gruyère dans lequel ils peuvent percer une infinité de trous, de galeries, un auteur inépuisable, tant lui-même – notamment dans sa correspondance, dont les mauvaises langues disent qu’elle est son œuvre majeure, un comble pour un artiste si soucieux de se relire – s’est expliqué sur ses intentions et, surtout, sur les difficultés éprouv

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Christophe Mercier

Christophe Mercier

Ancien élève de l’École normale supérieure. Agrégé des lettres. Critique littéraire au Figaro et aux Lettres françaises. Dernier ouvrage paru : Longtemps est arrivé (Bartillat, 2019).