Faut-il déboulonner les statues littéraires ?

L’argument le plus souvent avancé pour justifier le déboulonnage des statues est qu’elles actent le caractère monumental (au sens du Nietzsche des Considérations intempestives) de grandes figures du passé, à travers elles glorifiées1, mais dont les titres de gloire et les valeurs ne correspondent plus forcément à ce que nous acceptons d’admirer aujourd’hui : de ce point de vue, l’écrivain n’est qu’un cas particulier, et on peut vouloir « dé

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

Marc Hersant

Marc Hersant

Professeur de littérature française du xviiie siècle à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Il a notamment publié Le Discours de vérité dans les Mémoires du duc de Saint-Simon (Honoré Champion, 2009) ; Voltaire : Écriture et vérité (Peeters, 2015) ; Saint-Simon (Gallimard, 2016, Grand Prix de l’Académie française de la meilleure biographie littéraire). Il vient de terminer Genèse de l’impur : l’écriture carcérale du marquis de Sade (à paraître en 2021).