En mémoire : effets de miroir

Des nymphes aux saxophones La musique de funérailles est théâtrale, au sens noble du terme. L’œuvre en mémoire l’est beaucoup plus rarement. Elle fait ouvertement le lien entre une ou plusieurs personnes disparues et celles qui restent. Elle inclut les survivants. Moins funèbre, elle est plus pénétrée par le temps passé que par la présence physique de la mort. La musique en mémoire, étant plus statique et plus intime qu’un rituel, prend souvent la forme d’une

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Gil Delannoi

Gil Delannoi

Chercheur et professeur à Sciences Po. Dernières publications : La Nation contre le nationalisme (PUF, 2018) et Le Tirage au sort. Comment l’utiliser ? (Les Presses de Sciences Po, 2019).