Drieu et ses amis Aragon et Malraux

Aragon, Louis Voici vingt ans que je suis séparé d’Aragon qui me hait de plus en plus ; j’ai eu certes contre lui des mouvements de colère, et j’ai été le premier à faire éclater le malaise qui sourdait sous nos gentillesses et tendresses d’adolescents. Du reste nous sommes profondément séparés philosophiquement : je ne puis endurer ce matérialisme affecté ou sincère chez ce garçon qui a écrit de si belles pages sur l’idéalisme subjectif1. À caus

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Julien Hervier

Julien Hervier

Ancien élève de l’École normale supérieure. Professeur honoraire de littérature comparée, il a soutenu en 1973 une thèse intitulée Deux individus contre l’Histoire, Pierre Drieu la Rochelle, Ernst Jünger (Prix Strasbourg 1979 ; rééd., Eurédit, 2010). Auteur de nombreuses traductions de l’allemand, en particulier de Nietzsche et de Jünger, il a consacré une biographie à ce dernier, Ernst Jünger. Dans les tempêtes du siècle (Fayard, 2014), et il a édité ses Journaux de guerre dans la Pléiade. Dans la même collection, il a participé à l’édition des romans de Drieu La Rochelle dont il a publié aussi plusieurs inédits, entre autres le Journal 1939-1945 (Gallimard, 1992), Lettres d’un amour défunt 1929-1944 (Correspondance avec Victoria Ocampo, Bartillat, 2009 ; prix Sévigné 2010), et Jouer Dantzig sur un match de football, Carnets intimes 1909-1942 (Gallimard, 2021).