Cocteau à Milly-la-Forêt ou l’âme du poète

La demeure du bailli (1), avec sa façade à tourelles de style Louis XIII, fut acquise en 1947 après le succès du film La Belle et la Bête ; Cocteau y mourut en 1963 et repose tout près, dans la chapelle Saint-Blaise qu’il avait décorée. En 1995, son fils adoptif Édouard Dermit l’y rejoignit après avoir sauvegardé la maison et réservé une collection de cinq cents œuvres. Grâce &a

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Christine Sourgins

Christine Sourgins

Après des études d’histoire et d’histoire de l’art, devient conférencière au Louvre puis dans les musées de la ville de Paris pour les services pédagogiques. Aujourd’hui, est attachée culturelle, spécialisée dans l’étude de l’art dit « contemporain » et du système qu’il a engendré. A publié des articles dans diverses revues (Conflits actuels, Liberté politique, Catholica, etc.), ainsi que Les Mirages de l’art contemporain (La Table ronde, 2005). Son blog : http://sourgins.over-blog.com/