Chemins d’automne

Basho écrit : Ce haïku est souvent traduit ainsi1. La traduction suppose que se passer de sinon (qui ne figure pas dans le texte original) serait très sec, trop descriptif. Le terme sinon marque le passage du paysage à l’idée et le glissement de la sensation au sentiment. C’est le maximum de surcharge qui soit admissible. Toute traduction rétrécit le poème mais (espérons-le) ne l’anéantit pas. La deuxième partie du poème (aki no kure) signifie au sens large : fin

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Gil Delannoi

Gil Delannoi

Chercheur et professeur à Sciences Po. Dernières publications : La Nation contre le nationalisme (PUF, 2018) et Le Tirage au sort. Comment l’utiliser ? (Les Presses de Sciences Po, 2019).