Cannes : La Dolce Vita

Le festival refuse son chef-d'œuvre

Messieurs les critiques, vous n’en ratez, décidément, pas une1. Entendons-nous. Que le jury du XIVe Festival international se ridiculise ou non en couronnant, plutôt que La Dolce Vita, telle ou telle production moyenne, ou même simplement honorable, cela n’a pas une très grande importance. Personne ne fait attention aux colifichets des festivals. Que la plupart des spectateurs, venus faire un tour sur la Croisette sous prétexte de cinéma, passent à côt

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article