Bernanos et de Gaulle

De la maison de La Croix-des-Âmes Bernanos sera resté jusqu’à la fin un gaulliste réfractaire au gaullisme même. Exilé depuis 1938 au Brésil, Bernanos entend à la radio, en juin 1940, la voix inconnue et, dira son fils, pleure silencieusement. Il se rallie à cette voix, et s’y tiendra jusqu’à la victoire. Dans leur maison de La Croix-des-Âmes, on mettait des fleurs devant le portrait du Général. Bernanos se fait le propagandiste de la France Libre. Français, ceux

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés

François Sureau

François Sureau

De l’Académie française. A publié : Lambert Pacha (Grasset, 1998), Les Alexandrins (Gallimard, 2003), La Chanson de Passavant (Gallimard, 2005), L’Obéissance (Gallimard, 2007) et Inigo, portrait (Gallimard, 2010), L’Or du temps (Gallimard, 2020).