Balthus : le cas singulier du comte de Rola

En 1968, au moment où le critique d’art Eanglais John Russell préparait pour la Tate Gallery de Londres une importante rétrospective des oeuvres de Balthus, l’artiste lui enjoignit de faire figurer au catalogue la phrase suivante : « Balthus est un peintre dont on ne sait rien. » Ce besoin extrême de préserver son intimité paraît singulier, surtout de la part d’un artiste, c’est-à-dire d’un personnage dont, après tout, l’objectif principal dans la v

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article

Thèmes abordés