1720 : la peste à Marseille

Et la garde qui veille aux barrières du LouvreN’en défend point nos rois. Malherbe, Consolation à M. du Perrier sur la mort de sa fille.   Le 25 mai 1720, un navire de commerce, le Grand-Saint-Antoine, entre dans Marseille en provenance des Échelles du Levant où la peste règne depuis des siècles de façon endémique. Sa cargaison frise les 300 000 livres, soit la solde annuelle de 300 lieutenants des vaisseaux

La suite est réservée aux abonnés ayant un abonnement numérique...

Continuez à lire votre article en vous abonnant ou en achetant l'article.

S'abonner
Je suis abonné ou j'ai déjà acheté l'article
Michel Vergé-Franceschi

Michel Vergé-Franceschi

Professeur émérite des Universités, ancien directeur du Laboratoire d’histoire et d’archéologie maritime du CNRS à Paris-IV Sorbonne et ancien président de la Société française d’histoire maritime.