Logo
Vies d'éditeurs

La lettre du vendredi 18 février 2022

Malgré la fermeture momentanée des librairies au faîte de la crise sanitaire, les ventes de livres en France ont augmenté de près de 20 % en deux ans. Nous nous réjouissons bien sûr de ce regain d’activité qui profite, entre autres, aux revues… Cette bonne nouvelle aurait presque de quoi adoucir le goût amer que nous laisse l’actualité du monde de l’édition, au sein duquel la fusion des deux plus gros groupes français, Hachette Livre et Editis, n’est sans doute plus qu’une question de temps.
Cette inquiétante perspective pour la diversité du paysage littéraire nous a donné l’envie, au fil de la lettre de cette semaine, de retracer l’histoire de maisons d’édition fameuses et de dresser le portrait de quelques grands éditeurs, dont certains ont accompagné l’évolution de Commentaire depuis sa création.

Bernard de Fallois, essayiste et éditeur

Dominique SCHNAPPER
n° 164 – hiver 2018

 

image

Depuis la mort de Bernard de Fallois, ses collaborateurs et amis réunis autour de Dominique Goust poursuivent son œuvre. Ils nous ont offert une introduction de leur ami à Marcel Proust où le génie du critique répond au génie du romancier, où deux travailleurs et deux âmes se rencontrent et se répondent. Qui pourra encore lire Proust sans évoquer Bernard de Fallois ? D. S. [Lire l’article]

 

Anthony Rowley (1952-2011)
Un éditeur et un historien gourmand

Olivier PASTRÉ
n° 137 – printemps 2012

 

image

Anthony fut un ami et un collaborateur de Commentaire dès les premières années. Nous nous sommes connus à Sciences Po où j'aimais bien que les historiens sachent l'économie, à l'instar de son maître Maurice Lévy-Leboyer. Il était aussi éditeur et si la collection Commentaire a changé souvent de maison d'édition, c'est parce que lui-même en changeait et insufflait là où il s'installait un vaste programme dans lequel l'histoire contemporaine, c'est-à-dire, comme le proclamait Croce, « toute l'histoire », jouait un rôle majeur. Amateur de cigares et de fins repas, Britannique et Français à la fois, il aimait l'uchronie, ce qui prouve que cet historien comprenait aussi la politique en sachant que rien n'est jamais nécessaire et que le probabilisme commande l'action et donc la réflexion. J.-C. C. [Lire l’article]

 

Sur l’édition comme genre littéraire

Roberto CALASSO
n° 143 – automne 2013

 

image

Publier de bons livres n'a jamais enrichi terriblement personne. Du moins, pas d'une façon comparable à ce que pourrait faire la fourniture au marché d'eau minérale, d'ordinateurs ou encore de sacs en plastique. Apparemment, une entreprise éditoriale ne peut rapporter des profits remarquables qu'à condition que les bons livres soient submergés parmi nombre d'autres choses de qualité très différente. Et lorsqu'on est submergé, il peut facilement arriver de se noyer – et ainsi de disparaître tout à fait. R. C. [Lire l’article]

 

Propos sur l’édition

Jacques CHARDONNE
n° 118 – été 2007

 

image

Chardonne pointe dans ces notes datant des années 60 différentes dérives commerciales provoquées dans le milieu de l'édition par le supposé développement de la lecture populaire : l'apparition du roman en feuilletons, de la publicité, la multiplication des éditeurs et de leurs publications. Il brosse un portrait personnel et peu orthodoxe des grandes figures qui marquèrent le renouveau de la profession, avec de nombreuses considérations de stratégie et mille détails pratiques révélateurs de l'évolution des mœurs littéraires. [Lire l’article]

 

Débuts dans l'édition

Jean-Claude ZYLBERSTEIN
n° 167 – automne 2019

 

image

Jean-Claude Zylberstein a publié ses Souvenirs d'un chasseur de trésors littéraires aux éditions Allary. Avocat, critique musical, éditeur, il raconte, dans le passage qui suit, ses débuts dans le monde de l'édition des années 1970 : le jazz, les polars, les études et la place déterminante que Bernard de Fallois, « le plus brillant des éditeurs de sa génération », tint dans sa destinée. [Lire l’article]

 

L’aventure de Jacques-Paul Migne,
prêtre et éditeur

Adalbert HAMMAN
n° 27 – automne 1984

 

image

Paris a donné à un de ses squares, à Denfert-Rochereau, le nom de l'abbé Migne, mort en 1875. Cet hommage posthume allait d'abord à un des hommes qui avaient transformé et assaini le quartier du Petit-Montrouge, hors des frontières de Paris, en y implantant une des imprimeries les plus modernes de l'époque. Son ambition n'était pas seulement de fournir du travail à des ouvriers mais de combler une lacune en donnant des moyens de culture à l'honnête homme. A. H. [Lire l’article]

 

Histoire d’une maison d’édition : Arthème Fayard

Claude DURAND
n° 85 – printemps 1999

 

image

L'histoire commence en 1857. Le chansonnier Béranger vient de mourir à Paris. Parmi la foule émue qui assiste à ses obsèques, un garçon d'une vingtaine d'années. Sur son visage, on ne lit guère d'émotion ; plutôt une intense curiosité. Les jours suivants, ce jeune employé au ministère des Finances demande en librairie des œuvres de Béranger. Quand d'aventure il en découvre un exemplaire, il trouve le prix exorbitant pour la multitude de Français qui, à l'époque, recopient ces chansons en se les passant les uns aux autres, faute de pouvoir les acheter. Rendre le livre imprimé disponible et accessible à tous : tel sera le but premier que se fixera bientôt Arthème, notre éditeur en herbe. C. D. [Lire gratuitement l’article]

 

L’édition de savoir… vingt ans, et après

Michel PRIGENT
n° 81– printemps 1998

 

image

L’année 1978, qui vit la création de Commentaire et la fondation du Comité des intellectuels pour l'Europe des libertés (CIEL), ne fut une année neutre ni dans l'histoire des idées contemporaines ni dans leur expression éditoriale. Le débat qui se prolongea autour des « nouveaux philosophes », celui qui s'engagea avec les « nouveaux économistes », les premiers titres des éditions Actes Sud, la naissance de la revue L'Histoire, etc., constituèrent autant de signes d'une vie intellectuelle forte. Vingt ans après... Où sont les idées ? Que pensent les auteurs ? Que disent les livres ? Telles sont les questions que se pose Michel Prigent, membre de notre comité de rédaction, dans cet article. [Lire gratuitement l’article]

 

Céline et ses éditeurs

Christophe MERCIER
n° 58 – été 1992

 

image

Deux volumes viennent de paraître, à travers lesquels on peut suivre l'histoire des relations d'un des plus grands écrivains français du siècle et de ses deux principaux éditeurs : Robert Denoël, qui publia Céline du Voyage (1932) à Guignols band (1943), en passant par Mort à crédit et les pamphlets, et Gaston Gallimard, qui prit la relève à partir de Féerie pour une autre fois, après la guerre, quand l'écrivain revint du Danemark, et alors que Robert Denoël avait été assassiné. L’occasion nous est donnée de découvrir deux correspondances aux tons très différents. C. M. [Lire l’article]

 

Michel Prigent (1950-2011)
L’éditeur de l’Université

Bertrand JACQUILLAT
n° 135 – automne 2011

 

image

Michel Prigent a eu plusieurs vies professionnelles qui se sont superposées mais qui ont toutes concouru à ce qu'il puisse assumer pleinement le rôle et la fonction de président du Directoire des Presses universitaires de France : une intention universitaire, une tentation politique, une vocation éditoriale et enfin une mutation entrepreneuriale. C'était un homme prodigieusement cultivé, qui avait l'oreille et le respect des universitaires, même chez ceux dont les opinions divergeaient des siennes. B. J. [Lire l’article]

 

image

Retrouvez le n° 176 de Commentaire en librairie, en kiosque
et en version numérique sur notre site Internet :
https://www.commentaire.fr/

 

*
*  *

 

À noter

 

Dans notre boutique en ligne, vous pouvez, avec paiement sécurisé par carte bancaire,

– vous abonner, vous réabonner ou offrir un abonnement : Abonnement

– acheter des numéros (papier, numérique ou couplé) : Achat au numéro

– acheter des articles : Achat d'articles

 

Crédit d’impôt pour le premier abonnement à une publication trimestrielle

Si vous êtes contribuable domicilié en France et souscrivez pour la première fois un abonnement d’un an à notre revue, vous pouvez bénéficier du crédit d’impôt de 30 % (visé à l’article 200 sexdecies du CGI). Reçu fiscal sur demande à infos@commentaire.fr

 

Commentaire a besoin de votre soutien.

 

*
*  *

 

image

 

Retrouvez sur le site de Radio Classique l'émission de Jean-Claude Casanova et Jean-Marie Colombani en direct le samedi de 8 h à 8 h 30 et en podcast à tout moment.

Voici le lien : Radio Classique

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
76, rue des Saints-Pères 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2022 Commentaire - Tous droits réservés
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel