Logo
Sur l'Europe (II)

La Lettre du vendredi 19 février 2021

L’Europe, il faut y penser toujours et en parler souvent. Y penser, parce que la construction européenne inspire la politique des pays européens depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, parce qu’ils savent et disent plus ou moins clairement que les vieilles nations constitutives de l’Europe, héritières d’une civilisation commune, ne survivront et ne prospéreront qu’au sein d’un corps politique plus grand et plus puissant que chacune d’entre elles. En parler souvent, parce que cette ambition sans précédent, difficile à accomplir, exige des études approfondies et la confrontation des visions. Commentaire depuis sa fondation ne cesse de s’en préoccuper. Voici donc quelques articles sur la question européenne parus dans la revue depuis 20 ans. Ce ne sont pas les mêmes que ceux que nous avions retenus la semaine dernière, ils portent sur un aspect plus particulier des réflexions en matière européenne : les relations de l’Europe avec le reste du monde, sa sécurité et sa défense.

9 mai 1950 : la déclaration Schuman

Georges-Henri Soutou
N° 171/Automne 2020

image Le 9 mai 1950, le ministre français des Affaires étrangères, Robert Schuman, annonce, dans une déclaration devenue célèbre, la création de la Communauté européenne du charbon et de l'acier. Le projet suscite l'enthousiasme des opinions publiques et recueille l'approbation des gouvernements allemand, italien, belge, néerlandais et luxembourgeois. Pour la première fois dans leur histoire, il est proposé à ces gouvernements de déléguer une partie de leur souveraineté à une Haute Autorité, supranationale et indépendante. Mais pour éclairer les débats actuels, et au-delà de la commémoration virtuelle, il est utile d'éclairer certains aspects d'une histoire plus complexe qu'on ne le croit. [Lire gratuitement l'article]

 

La fin de l'Europe ?

Laurent Cohen-Tanugi
N° 112/Hiver 2005

La version en langue anglaise du texte qui suit paraît dans Foreign Affairs (nov.- déc. 2005, n° 6, vol. 84) sous le titre « The end of Europe ? ». Laurent Cohen-Tanugi y appelle l'attention des dirigeants américains sur la crise du projet européen et ses implications pour les États-Unis. Il a revu et actualisé la version en langue française pour Commentaire et à l'attention de l'opinion européenne, approfondissant ainsi notre débat sur la nature de la crise et ses possibles remèdes. [Lire l'article]

 

La Russie et l’Europe : les limites du débat

Benoît d’Aboville
N° 169/Printemps 2020

L’Alliance atlantique ne s’est manifestée ces derniers temps qu’a minima, craignant sans doute de nouvelles foucades du président Trump. Les interrogations sur l’évolution populiste d’une frange de l’ex-Allemagne de l’Est et d’une partie de l’Europe centrale et orientale ont troublé l’atmosphère. Revenant sur les années 1989-1999 qui virent le basculement politique du continent européen, certains s’interrogent sur le bien-fondé du comportement des Occidentaux vis-à-vis d’une URSS, alors en perdition, rejoignant le discours de Vladimir Poutine et un sentiment qui semble encore partagé par l’opinion russe. Le débat sur l’avenir des rapports entre la Russie et l’Europe exige, pour en fixer les limites, de ne pas ignorer ce passé révolu. [Lire gratuitement l'article]

           

Défense européenne : le lien franco-allemand indispensable

Jacques Launay, Louis de Fouchécour
N° 168/Hiver 2019

La construction de l’Europe d’après-guerre, avec son élargissement géographique successif, a suivi la logique d’une extension progressive des politiques communes, garantes des liens de solidarité, régulant également les concurrences : politique de l’énergie d’abord avec le traité CECA de 1951, le Marché commun en 1957, l’acte unique pour la libre circulation des biens et des personnes en 1986. Puis le traité de Maastricht de 1992 instaurait la politique de stabilité monétaire et économique mais également le pilier de coopération intergouvernementale consacré à la politique étrangère et de sécurité commune. Or celle-ci reste aujourd’hui plus souvent un vœu qu’une réalité et elle n’a pas produit tous les effets concrets annoncés notamment en matière de défense. Il reste que la construction européenne est le mûrissement attendu de l’idée féconde de laisser germer les « solidarités concrètes » entre les pays qui le veulent et qui le peuvent, et dont la majorité des impulsions a été marquée du sceau franco-allemand. [Lire l'article]

 

La politique européenne de défense

Jacques Tournier
N° 167/Automne 2019

image Depuis quelques années il n’est guère de sommet européen qui n’inscrive cette question à son ordre du jour, tandis que se multiplient, entre les États membres comme au niveau de la Commission, les initiatives et projets traduisant l’émergence d’une véritable politique européenne de défense. Pour autant, loin de consacrer une vision unanimement partagée, cette accélération s’opère dans des conditions qui laissent en suspens bien des ambiguïtés. Pour tenter de saisir ce qui se joue à travers le nouvel essor donné à cette dimension problématique de l’aventure européenne, il paraît opportun d’en retracer la genèse. Il sera ainsi possible d’identifier les enjeux et les perspectives, c’est-à-dire plus précisément les questions et les obstacles auxquels se trouve confrontée la progression de l’Europe dans ce domaine. [Lire gratuitement l'article]

           

L’Ukraine en crise, l’Europe fracturée

Philippe de Suremain
N° 148/Hiver 2014

Réplique brutale de la Révolution orange de 2004, l’Euromaïdan a provoqué une onde de choc dont l’ordre européen, que l’on croyait en voie de stabilisation, s’est trouvé ébranlé. Une véritable révolution cette fois, que l’on n’a pas vu venir. Ni ses acteurs, les Ukrainiens, qui ne la prévoyaient pas si soudaine et radicale ; ni le Kremlin, l’instigateur d’une réaction en chaîne mal contrôlée ; ni les Européens confiants dans les vertus de l’interdépendance croissante des intérêts de part et d’autre du continent ; ni les États-Unis, passés à autre chose. La fin d’une époque ? Sans doute, et en tout cas de bien des illusions. Contre toute attente, l’Europe bipolaire semble pour un temps de retour, obligeant à une coexistence d’un nouveau type à laquelle tous n’étaient pas préparés. [Lire l'article]

 

Défense européenne
Le Conseil de décembre 2013

Benoît d’Aboville
N° 145/Printemps 2014

L’opinion française tend, assez naturellement, à juger de l’état de la coopération européenne en matière de défense en fonction du degré de soutien qu’elle attend de ses partenaires dans ses interventions en Afrique. La déception l’emporte donc jusqu’ici. Mais la problématique de la défense en Europe devient plus large à l’heure de la redéfinition des équilibres stratégiques globaux et des nouvelles priorités américaines en direction de l’Asie. Consacré largement aux questions de défense, pour la première fois depuis cinq ans, le Conseil européen des 19 et 20 décembre derniers a tracé une nouvelle feuille de route, pas toujours simple à décrypter… » Tandis que du côté britannique l’évolution du contexte intérieur et les échéances électorales de 2015 entraînent un nouveau durcissement de la rhétorique anti-européenne, la coopération franco-allemande se révélera donc décisive pour une relance de la coopération européenne en matière de défense. [Lire l'article]

                       

La politique étrangère sera européenne ou ne sera pas

Marie Mendras
N° 135/Automne 2011

Une nouvelle fois, les deux campagnes électorales de 2012 ont laissé à la politique étrangère et à l’Europe la portion congrue. La droite qui vient d’être réélue s’est certes glorifiée de quelques succès internationaux pourtant en demi-teinte, les sommets du G8 et du G20, l’initiative de l’intervention en Libye, le sauvetage de l’euro… Dans l’ensemble, la gauche et la droite classiques ont escamoté les grandes questions européennes et internationales. [Lire l'article]

 

L’Union européenne face à Israël

Frédéric Encel
N° 130/Été 2010

Le temps paraît décidément bien loin où un Michel Jobert commentait joyeusement sur le perron de l’Élysée, à l’annonce de l’attaque syro-égyptienne du 6 octobre 1973 contre Israël : « Est-ce que tenter de remettre les pieds chez soi constitue forcément une agression imprévue ? » Dans les jours de guerre du Kippour qui avaient suivi, aucun État de la Communauté économique européenne (CEE) n’accepterait d’ouvrir ses aéroports militaires en escale aux gros porteurs américains venant ravitailler Israël… Quelques années de plus et, au sommet de la CEE à Venise, les Douze enjoignaient fermement Israël d’accepter la perspective d’un État palestinien, alors parfaitement inconcevable pour l’État hébreu, droite et gauche confondues. [Lire l'article]

 

Pour un new deal. Lettre à mes amis français sur l’Europe et l’Amérique

Philip H. Gordon
N° 108/Hiver 2004

image Chers amis, comment en est-on arrivé là ? Aussi loin que je me souvienne, jamais le fossé n’a été aussi grand entre Européens et Américains. Ces deux dernières années, j’en étais venu à considérer qu’au fond la crise irakienne était une sorte de « tempête parfaite » qui ne pourrait pas se répéter, et que nombre des récentes tensions venaient des personnalités et des défauts des acteurs clés des deux côtés de l’océan. L’Alliance atlantique a déjà subi bien des crises, et au vu de nos intérêts communs, de nos valeurs et des énormes défis auxquels nous avons à faire face, j’avais confiance en notre capacité à surmonter cette dernière querelle. La fin de l’Occident ? À présent, je ne sais plus très bien quoi penser. [Lire l'article]

           

Comment réconcilier le monde juif et l’Europe

Diana Pinto
N° 107/Automne 2004

L’entrée en Europe ne m’intéresse plus. Je n’ai aucune envie de faire « partie d’un ensemble qui hait Israël et est antisémite. » C’est ainsi qu’une des personnalités les plus importantes de la vie culturelle juive de la République tchèque répondit à mes vœux. Nous étions à la fin du mois d’avril, et je m’étais dirigée vers lui pour le féliciter de l’imminente entrée de son pays dans l’Union européenne. [Lire l'article]

 

Europe et États-Unis. Visions du monde, visions de l’autre

Nicole Gnesotto
N° 105/Printemps 2004

Trois paradoxes définissent l’attitude de l’Union face au monde extérieur. Le premier est typique de la modernité post-guerre froide : à de rares exceptions près, il est beaucoup plus facile aux Européens de s’entendre sur l’analyse des crises extérieures que sur l’analyse de la politique américaine. Autrement dit, le monde rassemble, l’Amérique divise. Le terrorisme reste, à cet égard, un cas d’école. [Lire l'article]

 

Les relations entre l'Europe et les États-Unis

Christopher Patten, Richard Perle
N° 101/Printemps 2003 

image Cet échange entre deux hommes importants et informés devrait intéresser nos lecteurs, car il éclaire les tensions entre l’Europe et les États-Unis. Il a eu lieu lors d’une réunion de la section européenne de la Commission trilatérale, à Prague du 18 au 20 octobre 2002. Le premier orateur était Chris Patten, membre de la Commission européenne chargé des relations extérieures, et souvent critique à l’égard de la politique menée par le président George W Bush. Le second orateur était Richard Perle, conseiller de Donald Rumsfeld, le Secrétaire américain à la Défense. Chris Patten exhorte les États-Unis à continuer dans la voie multilatéraliste qu’ils ont suivie depuis la Seconde Guerre mondiale. Il s’inquiète de ce que Washington puisse donner la priorité aux intérêts nationaux américains et ne soient pas vraiment intéressé par un ordre multilatéral gouverné par le droit. Richard Perle répond que les Européens ne semblent pas avoir compris l’effet qu’ont produit sur les Américains les attaques terroristes du 11 septembre. [Lire l'article]

           

L’antieuropéanisme en Amérique

Timothy Garton Ash
N° 101/Printemps 2003

Cette année, notamment si les États-Unis entrent en guerre contre l’Irak, il ne fait aucun doute qu’on verra plus d’articles dans la presse américaine sur « l’antiaméricanisme en Europe ». Mais qu’en est-il de l’antieuropéanisme aux États-Unis ? Voyez plutôt : « Nous devons ajouter l’Union européenne et la France de la Ve République à la liste des régimes destinés à tomber dans l’Europe de l’histoire. La seule question qui se pose est de savoir avec quel degré de pagaille ils se désintégreront » (Mark Steyn, 1er mai 2002). [Lire l'article]

 

Les relations entre l’Europe et les États-Unis

François de Rose
N° 96/Hiver 2001

La question se pose de savoir comment l’Europe vivra avec les États-Unis après que le 11 septembre nous a fait entrer tragiquement dans le XXIe siècle. Engagés sur ce nouveau versant de l’histoire, que reste-t-il du bagage que nous portions et qui nous portait jusqu’à la veille du drame ? Pour partielles que soient les réponses que l’on puisse donner à ces questions, elles doivent impérativement être posées, étant entendu que ces réponses seront en perpétuel devenir et façonnées par de nombreux paramètres sur lesquels Européens et Américains ne seront pas les seuls facteurs déterminants. [Lire l'article]

    

Quelle place pour l’Europe dans la politique mondiale ?

François Duchêne

L’Europe et l’Amérique, entre Brzezinski et Schröder

Laurent Cohen-Tanugi
N° 95/Automne 2001

À quoi ressembleront dans vingt ans — c’est-à-dire trente années après la fin de la guerre froide et la naissance de l’Union européenne — les relations entre l’Europe et les États-Unis ? Seront-elles marquées par une plus grande égalité, et, dans l’affirmative, un tel rééquilibrage induira-t-il des relations plus conflictuelles entre les deux partenaires de l’Alliance atlantique ? [Lire les articles -(1)-(2)-]

           

Vers l’Europe de la défense

Daniel Vernet
N° 92/Hiver 2000

Les quinze chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne pourront mettre au moins un vrai succès à l’actif du sommet de Nice : la création d’une Europe de la défense, attendue depuis un demi-siècle, remise plusieurs fois, enterrée par ceux-là mêmes qui l’avaient imaginée, torpillée par les Américains et leurs plus fidèles alliés sur le Vieux Continent. Nice n’est qu’un début. La question reste entière des ressources financières que les Européens sont prêts à consacrer à leur défense, qu’il s’agisse de réagir à une menace extérieure que la chute du communisme n’a pas totalement fait disparaître, ou de rétablir la paix dans la périphérie. Mais c’est un début prometteur. [Lire l'article]

 

Comment l’Amérique doit vivre avec la nouvelle Europe

Zbigniew Brzezinski
N° 91 Automne 2000

image En publiant cet article de Zbigniew Brzezinski sur les rapports futurs des États-Unis d’Amérique et de l’Europe, notre revue ouvre un débat qui se poursuivra. Les questions qu’il soulève nous paraissent, en effet, essentielles et domineront non seulement l’évolution du processus d’unification de l’Europe, mais aussi toute la politique mondiale dans le siècle qui vient. Avec sa clarté et sa pénétration coutumières, Zbigniew Brzezinski exprime le point de vue d’un Américain, originaire d’Europe et la connaissant bien. [Lire l'article]

 

La défense européenne après Helsinki

François Gorand [Michel Duclos]
N° 89/Printemps 2000

L’actuelle relance de la défense européenne résulte dans une large mesure de l’accord franco-britannique de Sain-Malo de décembre 1998. Lorsqu’à l’automne 1998 Jacques Chirac et Tony Blair ont commencé à adresser des signaux à ce sujet, et des signaux d’une approche tout à fait nouvelle de la part du Premier ministre britannique, ce dossier se trouvait dans un état de coma prolongé. C’était le cas au moins depuis l’inaboutissement de la tentative française de retour dans les structures militaires de l’OTAN. D’un côté, l’Union européenne avait inscrit dans sa constitution, à Maastricht (1992) puis à Amsterdam (1996), la perspective d’une politique de sécurité et de défense commune. De l’autre rien ne venait ? [Lire l'article]

 

 

*
*  *

À nos abonnés, à nos lecteurs, 

Vous pouvez consulter la revue, vous abonner, vous réabonner, acheter un numéro de la revue ou des articles dans notre boutique en ligne : www.commentaire.fr

Commentaire propose différentes formules d’abonnement, notamment l’abonnement couplé « DUO » à un tarif avantageux. Cette formule permet de lire la revue aussi bien dans sa version papier que numérique.

Pour nos abonnés qui renouvellent leur abonnement ou pour nos lecteurs qui souscrivent un premier abonnement, nous les invitons à le faire dans notre boutique en ligne :

  • avec, de préférence, un règlement sécurisé par carte bancaire,
  • sinon, par virement en cochant « par chèque » (IBAN : FR76 3000 4001 5800 0101 1720 391 – BIC : BNPAFRPPPGB) en précisant votre nom ou votre numéro d’abonné pour un réabonnement.

Nous vous remercions de votre compréhension, 

Commentaire a besoin de votre soutien.

*
*  *

image

Retrouvez dès demain en direct et sur le site de Radio Classique l'émission de Jean-Claude Casanova et Jean-Marie Colombani.
Voici le lien : Radio Classique

*
*  *

RETROUVEZ L'INTÉGRALITÉ DES LETTRES DU VENDREDI SUR NOTRE SITE INTERNET, LIEN RUBRIQUE "DIGITALE"

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
116, rue du Bac 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2021 Commentaire - Tous droits réservés
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel