Logo
Religion, société et politique

La lettre du vendredi 2 avril 2021

Les occidentaux modernes ont séparé la religion de la vie politique. Mais la religion fait partie de la société et de la réflexion. Commentaire vous propose de lire ou relire des articles sur ces sujets, parus dans la revue ces dix dernières années.

L'Église et le politique : l'impossible amour

François Daguet
N° 172 Hiver 2020

Au fond, les papes récents ont bien compris, et souvent dit à mots à peine voilés, que la civilisation chrétienne est morte, ce qui ne signifie pas que la religion chrétienne le soit. Mais cela conduit à reconnaître sans équivoque que l'époque contemporaine est pour l'Église celle du retour au porte-à-faux avec les sociétés dans lesquelles vivent les fidèles chrétiens. Pour ce corps politique d'un genre particulier, porteur d'une histoire bimillénaire, il n'y a pas là matière à être autrement surpris. En fait, les chrétiens conséquents se retrouvent aujourd'hui, dans le monde libéral, comme ceux des premiers siècles immergés dans le paganisme du monde romain. [Lire gratuitement l'article]

 

Qui est le « bon Samaritain » ?

Pierre Manent
N° 172 Hiver 2020

image Malgré l'effondrement ou l'effacement des références chrétiennes en Europe, le langage courant a gardé un certain nombre d'expressions dont tout le monde comprend encore à peu près le sens. Si je ne suis pas sûr que beaucoup aient une idée précise de ce que signifie : « on lui donnerait le bon Dieu sans confession », il n'y a personne, je crois, qui ne sache ou ne devine que le « bon Samaritain » est quelqu'un qui apporte volontiers de l'aide à qui en a besoin, avec cette note supplémentaire : il accepte de se détourner de son chemin, ou de laisser ce qu'il était en train de faire, pour « prendre soin » d'un malheureux alors que rien ne l'y obligeait. Il est donc très naturel que le pape François place la parabole du « bon Samaritain » à une place d'honneur dans sa récente encyclique Fratelli Tutti « sur la fraternité et l'amitié sociale ». [Lire l'article]

 

Un moment protestant ?
Les débuts de la IIIe République

Laurent Theis
N° 170 Été 2020

image Aux débuts de la Troisième République, une génération de protestants, née sous la monarchie constitutionnelle, devait se distinguer pendant environ vingt-cinq ans. Occupant une place sans proportion avec son effectif réel, elle contribua très largement à installer la République. [Lire l'article]

 

Une voix dans Rama

Fabrice Bouthillon
N° 169 Printemps 2020

Ce n'est en rien diminuer le mérite de lanceurs d'alertes que de mettre en lumière que leur démarche s'inscrit dans une tradition qui leur préexiste. Aussi voudrais-je montrer ici comment ceux qui, en notre temps, protestent contre les abus sexuels du clergé peuvent se réclamer du précédent illustre de Jules Vallès. [Lire l'article]

 

L'Église catholique et l'arme nucléaire en 2019

Antoine de Romanet
N° 168 Hiver 2019

image Non-prolifération, désarmement nucléaire, dans quelles perspectives considérer ces appels ? Quelles paroles religieuses sont-elles à considérer et à conjuguer avec quels chemins et quelles étapes en matière nucléaire ? Alors que le pape François a visité Hiroshima et Nagasaki fin novembre 2019, ces lignes écrites en octobre 2019 dégagent des pistes de réflexions à la lumière du Magistère. L'auteur, évêque aux Armées, n'y exprime d'aucune manière une position officielle de l'institution militaire ou du gouvernement français. Il exprime la position de l'Église catholique et Commentaire publie cet essai comme l'une des réflexions morales qu'il est possible de conduire parallèlement à la réflexion stratégique et politique. [Lire l'article]

 

Catholicisme et immigration

Jean-Philippe Vincent
N° 168 Hiver 2019

Le pape François prône un accueil inconditionnel des étrangers et des migrants. Ce discours sied-il à un pontife qui est en principe l'interprète d'une doctrine infiniment plus complexe, nuancée et surtout beaucoup plus rigoureuse et respectueuse du droit des États ? Dans ce qui suit, on confronte l'actuelle position catholique sur l'immigration avec la doctrine traditionnelle héritée notamment de saint Thomas d'Aquin. Les divergences ne sont pas minces. [Lire l'article]

 

L'Église épouse et mère dans la crise des prêtres pervers

Serge Besançon
N° 165 Printemps 2019

Mon propos n'est pas d'accuser l'Église, tout le monde s'en charge, ni de l'innocenter à tout prix, d'autres s'en chargent aussi. Mon propos est clinique, il porte à se pencher sur l'Église et à l'aider à se soigner. Pourquoi l'Église est-elle si fuyante voire dissimulatrice sur ce fléau de pédophilie dont on croyait l'accuser abusivement il y a peu ? Pourquoi fait-elle l'effarouchée, jette-t-elle la pierre sur le voisin à tel point que les papes à leur tour sont éclaboussés ? Deux manières permettent d'aborder le sujet. [Lire l'article]

 

Sur René Girard

Michel Zink
N° 164 Hiver 2018

image Notre ami Michel Zink, qui appartient à notre conseil de rédaction, a été élu à l'Académie française. Il succède à René Girard et il occupe donc « le 37e fauteuil qui fut successivement celui du cardinal Tisserant, du cardinal Daniélou, du R. P. Carré, et dont, si l'on remonte le cours des âges, le deuxième occupant fut Bossuet ». Selon la tradition, Michel Zink, le jeudi 18 octobre, a prononcé l'éloge de son prédécesseur. Il a bien voulu, et nous l'en remercions vivement, nous autoriser à publier cet éloge qui concerne une œuvre importante de notre époque dont il a souvent été question dans notre revue. [Lire l'article]

 

Existe-t-il une spiritualité athée ?

André Comte-Sponville
N° 160 Hiver 2017

Nous sommes tellement habitués, depuis vingt siècles d'Occident chrétien, à vivre dans des sociétés où la seule spiritualité socialement disponible était une religion (en l'occurrence le christianisme pour nos pays) qu'on a fini par croire que « religion » et « spiritualité » étaient synonymes – auquel cas mon titre serait non seulement paradoxal mais contradictoire. Si « spiritualité » n'était qu'un autre mot pour désigner la religion, au sens occidental du terme (comme croyance en un ou plusieurs Dieux), l'idée même d'une spiritualité non religieuse serait une contradiction dans les termes. Mais c'est bien sûr cette synonymie que je conteste. [Lire l'article]

 

Les voies de l'athéisme catholique

Alain Besançon
N° 160 Hiver 2017

Cette réflexion sur l'état actuel de l'Église de France devait-elle être publiée ? Écrite rapidement, elle peut paraître – à l'auteur lui-même – schématique, caricaturale, voire provocatrice. Je l'ai déjà montrée à quelques personnes, dont des ecclésiastiques. Parmi ceux-ci, deux l'ont trouvée assez juste, moyennant nuances, compléments et corrections. Deux l'ont approuvée sans réserve. Je pense donc que ce texte, si imparfait soit-il, pourrait constituer une base de discussion. Je réponds à des soucis assez largement répandus chez les catholiques. Mais pas seulement chez ceux-ci, car ces affaires concernent, en fin de compte, les équilibres généraux, religieux ou autres, de notre pays. [Lire l'article]

 

Raymond Aron et la religion

Pierre Manent
N° 160 Hiver 2017

image Chaque année, en hiver, cette revue rend hommage à son fondateur. Nous livrons cette fois à nos lecteurs une réflexion de Pierre Manent sur les rapports qu'entretenait Raymond Aron avec la religion. [Lire gratuitement l'article]

 

Un cas de sagesse orientale : le Second Ralliement de l'Église à la République

Fabrice Bouthillon
N° 159 Automne 2017

Le « Second Ralliement », selon l'expression d'Adrien Dausette, désigne la réconciliation entre l'Église catholique et la République française qui s'opère entre 1914 et 1926. Sur cette évolution et sur ses implications considérables, Fabrice Bouthillon a écrit le texte qui suit. [Lire l'article]

 

L'islam et ses attraits

Alain Besançon
N° 156 Hiver 2016

L'islam doit être jugé non pas sur son rapport à Dieu – comme font souvent les chrétiens – mais sur son rapport au monde. C'est ce rapport qui fait de lui « une bonne religion ». Elle explique la fidélité de ses adeptes et l'attrait qu'elle exerce sur notre monde moderne, en dépit de ses agressions. [Lire l'article]

 

L'islamisme est-il un nouveau totalitarisme ?

Bernard Bruneteau
N° 152 Hiver 2015

image L'interprétation de l'islamisme radical comme « troisième totalitarisme » appartient sans conteste à la tradition de l'antitotalitarisme libéral. Se prêtant aisément à une instrumentalisation politique, elle ne manque pas de prêter le flanc à la critique pour le caractère anachronique des convergences repérées entre les deux phénomènes. [Lire l'article]

 

Une science des religions est-elle possible ?

Alain Besançon
N° 148 Hiver 2014

Je dois le dire tout de suite : oui elle est possible parce qu'elle existe déjà. En font foi des bibliothèques immenses. Les trois gros « Pléiades » publiés sous la direction d'Henri-Charles Puech contiennent un vrai savoir, sérieux, critiquable, en perpétuelle révision, visant la raison, l'impartialité : c'est donc une vraie science. Je ne peux ni ne veux en donner les résultats, mais je voudrais poser cinq questions.

  1. Comment se pose le problème ?
  2. Une religion peut-elle parvenir à une conscience rationnelle de soi ?
  3. Une compréhension extérieure peut-elle ne pas détruire son objet ?
  4. Les religions peuvent-elles se connaître entre elles ?
  5. Convient-il d'enseigner le fait religieux dans l'école publique ?
    [Lire l'article]

 

Le catholicisme comme religion politique en France

Jean-Louis Clément
N° 133 Printemps 2011

image La disparition des deux idéologies totalitaires du XXe siècle a-t-elle emporté, par la même occasion, toutes les gnoses intramondaines susceptibles d'ériger l'État moderne ? Quelques réflexions émises par Henri de Lubac, dans sa dernière grande étude, laissent entendre qu'il s'est constitué un catholicisme mis au service d'une gnose intramondaine qui aspire à réguler toutes les activités humaines. [Lire l'article]

 

Le chrétien libéral face au relativisme

Jean-Miguel Garrigues
N° 133 Printemps 2011

Montalembert avait pris ses distances par rapport à l'intégrisme et au progressisme, pour lesquels Lamennais opéra tour à tour. Libéral et chrétien, il n'attribuait pas au peuple souverain la sacralité du pouvoir qui avait échappé au monarque. Il s'appuyait sur la distinction classique du temporel et du spirituel, il défendait la légitime autonomie de l'Église et de l'État. Sa tâche est à reprendre pour éviter des compromissions sur les principes et accepter les compromis qu'exige la vie politique.[Lire l'article]

 

*
*  *

À nos abonnés, à nos lecteurs, 

Vous pouvez consulter la revue, vous abonner, vous réabonner, acheter un numéro de la revue ou des articles dans notre boutique en ligne : www.commentaire.fr

Commentaire propose différentes formules d’abonnement, notamment l’abonnement couplé « DUO » à un tarif avantageux. Cette formule permet de lire la revue aussi bien dans sa version papier que numérique.

Pour nos abonnés qui renouvellent leur abonnement ou pour nos lecteurs qui souscrivent un premier abonnement, nous les invitons à le faire dans notre boutique en ligne :

  • avec, de préférence, un règlement sécurisé par carte bancaire,
  • sinon, par virement en cochant « par chèque » (IBAN : FR76 3000 4001 5800 0101 1720 391 – BIC : BNPAFRPPPGB) en précisant votre nom ou votre numéro d’abonné pour un réabonnement.

Nous vous remercions de votre compréhension, 

Commentaire a besoin de votre soutien.

*
*  *

image

Retrouvez dès demain en direct et sur le site de Radio Classique l'émission de Jean-Claude Casanova et Jean-Marie Colombani.
Voici le lien : Radio Classique

*
*  *

RETROUVEZ LE N° 173 PRINTEMPS 2021 SUR NOTRE SITE INTERNET, LIEN COMMENTAIRE

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
116, rue du Bac 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2021 Commentaire - Tous droits réservés
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel