Quand Commentaire avait dix ans

La lettre du vendredi 1er mai 2020

1988 est une année importante. François Mitterrand sort de deux ans de dyarchie avec Jacques Chirac, période appelée « cohabitation ». Édouard Balladur, au ministère des Finances, achève une réforme profonde de notre économie, en démantelant le « programme commun » socialiste-communiste, appliqué en 1981, mais déjà mis à mal par François Mitterrand en 1983. La France se prépare à célébrer le bicentenaire de la Révolution française. François Mitterrand, candidat une quatrième fois à la présidence, sera réélu en mai. Pendant ce temps, Michael Gorbatchev entreprend en apprenti-sorcier d’effacer la Révolution de 1917 et l’URSS. Cette année-là, Commentaire fête son dixième anniversaire et publie, en mars, un numéro de 408 pages.  Aron avait coutume de dire que « ce n’était pas parce que la réalité était confuse que les concepts devaient être obscurs ». Commentaire adoptera à cette occasion, avec Pierre Hassner, une de ses devises favorites : nous devons reconnaitre la complexité des temps sans tomber dans l’ambiguïté des choix.

Ce sont des extraits de ce numéro 41 Printemps 1988, intitulé L’Europe et la France. Essais, que nous offrons cette semaine à nos lecteurs.

Tant que durera le confinement, nous continuerons de vous proposer certains articles de « La lettre du vendredi » en lecture gratuite pendant une semaine. Vous pouvez la diffuser autour de vous ou transmettre à infos@commentaire.fr les adresses électroniques de vos amis et proches susceptibles d’être intéressés par cette lettre. Nous la leur adresserons alors régulièrement. Ils peuvent également s’abonner eux-mêmes en indiquant leur adresse mail sur la page d’accueil de notre site www.commentaire.fr ou retrouver dans la rubrique « Digitale » l’ensemble des Lettres parues.

Nous vous remercions de votre soutien. Prenez soin de vous.

 

Joyeux anniversaire

ÉTIENNE BORNE, Contredire la dérive / MARCEL GAUCHET, De l'esprit, encore de l'esprit / CLAUDE IMBERT, Résistez au prêt-à-penser / IRVING KRISTOL, Le sens commun / MELVIN J. LASKY, Ad multos annos / ALAIN PEYREFITTE, À la charnière de la réflexion et de l'action / JESSE R. PITTS, L'unité de l'Europe est-elle possible ? / NORMAN PODHORETZ, Le défi majeur / PHILIPPE RAYNAUD, Une tâche plus difficile / EDWARD SHILS, Élargir le cercle / PAUL THIBAUD, Rendre plus sobre / ROBERT W. TUCKER, L'ordre de l'après-guerre s'achèveDANIEL BELL, Une double tâche / OLIVIER CHEVRILLON, Continuez ! / JEAN HAMBURGER, Réserver plus de place à la biologie / JEANNE HERSCH, Contre l'angélisme facileJEAN LALOY, Politique étrangère / JEAN LECANUET, Le respect de l'autre / EMMANUEL LE ROY LADURIE, Une décennie féconde / HERBERT LÜTHY, Contre la confusion / CLAUDE LÉVI-STRAUSS, Le sens de l'équilibre / ANDRÉ LWOFF, Deux souhaits / GOLO MANN, Dialectique européenne / LORD ROLL, Problèmes économiques / JOSEPH ROVAN, L'esprit des lumières / JEAN-MARIE SOUTOU, Nouvelles sources / ALAIN BESANÇON, Une famille / FRANÇOIS BONDY, Une revue que l'on conserve / FRANÇOIS BOURRICAUD, Étudiez les mœurs et les manières / RAYMOND BOUDON, La dégradation intellectuelle / JEAN-CLAUDE CASANOVA, Dix ans après : Incertitudes européennes / PAUL CAMOUS, L'intermédiaire / GILLES ÉTRILLARD, L'agrégation est une procédure discutable / FRANÇOIS GORAND, Civique et critique / ANTHONY HARTLEY, L'Europe se trouve dans une situation dangereuse / PIERRE HASSNER, Reconnaître la complexité sans tomber dans l'ambiguïté / ARTHUR KRIEGEL, Le rapport à la vérité / FRANCK LESSAY, Un effort de déchiffrement / MICHEL MASSENET, La revue du miracle... / BRUNO NEVEU, Éclairer l'échéance de 1992 / ANTOINE SCHNAPPER, Distinguer ce qui est futile et ce qui est fondamental / CHRISTIAN STOFFAËS, Apprivoiser le libéralisme / GEORGES SUFFERT, Et la petite espérance ?JACQUES TRUCHET, Élections

 

Le XIXe siècle aujourd’hui. Conversation

Marc Fumaroli, Antoine Schnapper,
Jacques Thuillier, Alain Besançon et André Fermigier

Le dialogue littéraire est un genre qui connaît de longues éclipses. Il disparaît pratiquement entre le Ve et le XVe siècle, et de nouveau il a disparu aujourd'hui. Il est difficile en effet de l'imaginer ailleurs que dans des sociétés où l'on cultive, non seulement comme un plaisir, mais comme un mode du connaître, l'art de la conversation. Celle-ci suppose des conditions qui ne sont pas toujours réunies : l'invention et la liberté d'esprit, la politesse, le goût d'autrui. Les machines colloquantes se juxtaposent, elles ne dialoguent pas. Néanmoins on trouvera ici non pas un colloque, ni un dialogue littéraire, mais une conversation entre amis assez fidèlement transcrite. Nous étions réunis devant une bibliothèque, dans une maison amie. [Lire gratuitement l'article]

 

La fin de l’idéologie. Vingt-cinq ans après I

Daniel Bell

Nous publions la première partie d’un essai rédigé par Daniel Bell pour la réédition, en 1988, de son célèbre ouvrage La fin de l’idéologie. Ce livre, publié en 1960 et souvent réédité, est un des ouvrages majeurs de la réflexion politique et sociologique américaine. Daniel Bell commente ici le débat qu’il a suscité : c’est aussi le bilan de nos trente dernières années. La seconde partie de ce texte paraîtra dans la prochaine livraison de la revue. [Lire gratuitement l'article]

 

L’homme de l’année : Mikhaïl Gorbatchev

François Gorand

« L’homme de l’année », ainsi désigné par Time Magazine a, dit-on, pris la mesure de la crise qui affecte le système soviétique et applique à celui-ci, avec une détermination sans égale, une « stratégie réformatrice » radicale. On ne peut douter en effet que les dirigeants soviétiques s’inquiètent des contre-performances de l’économie de leur pays. Leur préoccupation vient d’ailleurs surtout des incidences que cette situation, si elle se prolonge, risque d’avoir pour la puissance de l’URSS dans le monde. [Lire gratuitement l'article]

 

Le double dilemme

Pierre Hassner

13 décembre 1981, le général Jaruzelski décrète l'état de guerre, mettant ainsi fin à l'aventure exaltante de Solidarité. Aussitôt questions et controverses surgissent en Pologne et dans le monde : s'agit-il d'une intervention soviétique par personne interposée ? Ou l'armée polonaise a-t-elle agi précisément pour prendre de vitesse cette intervention ? Jaruzelski est-il un « Russe en uniforme polonais » ou le rempart de la Pologne contre la répression soviétique ? Et l'Occident, lui-même, aurait-il pu, pourrait-il encore, faire quelque chose pour aider la Pologne ? Ou est-il complice de l'état de guerre par son inaction, voire par sa complaisance ? A-t-il été pris par surprise, n'ayant envisagé qu'une intervention soviétique directe ? Ou, comme des sources particulièrement bien placées le murmuraient en janvier 1982 à Washington, l'administration Reagan était-elle au courant et a-t-elle laissé faire ? [Lire l'article]

 

Pour une histoire du socialisme en France

Michel Winock

Il est patent que le socialisme français n'appartient pas à la grande famille sociale-démocrate, qui regroupe, moyennant les variations locales, la majorité des partis ouvriers européens et quelques-uns des plus puissants. On peut donc partir de cette constatation, s'interroger sur elle, pour tenter de définir, par comparaison, l'identité du mouvement ou de la tradition socialiste en France. [Lire l'article]

 

Système électoral, gouvernement populaire
et constitutionnalisme en France

Olivier Duhamel

On pourrait dire que pour assurer la stabilité gouvernementale et l'unité nationale, les fondateurs de la Constitution française ont exigé une majorité présidentielle absolue, destinée à garantir des gouvernements fondés sur la volonté populaire. Ils ont ainsi instauré une domination de la majorité ôtant à la minorité toute influence sur la politique. Bref, en résumant et peut-être en caricaturant, les réformes électorales et particulièrement celle instaurant l'élection directe et à deux tours du chef de l'État ont eu pour objet et pour effet d'établir un gouvernement majoritaire qui risque de devenir despotique. Pour tenter de démontrer la thèse contraire, je vais m'efforcer d'établir tout d'abord que les fondateurs de la Ve République ne cherchèrent pas à construire un gouvernement majoritaire, convenant néanmoins que tel fut bien le résultat des mécanismes qu'ils mirent en place. Le deuxième temps de la réfutation devra prouver que ledit gouvernement majoritaire n'est pas despotique. [Lire l'article]

 

Une révolution tranquille.
L’égalisation des revenus en France depuis vingt ans

Christian Morrisson

Il est peu de sujets en France où le discours politique paraisse aussi coupé de la réalité que celui de l'inégalité. Pendant les années 1950, la France se singularise par une progression significative de l'inégalité, de telle sorte que vers 1960-1965 elle se classe à cet égard au-dessus de la moyenne des autres pays. Mais dans le contexte politique de l'époque, le sujet n'est pas encore d'actualité. Il faut attendre mai 1968 pour que le relèvement des bas salaires devienne une revendication majeure, encore qu'elle ne soit pas la première dans ce mouvement qui veut plus changer la société dans son ensemble que le barème fiscal ou le SMIG. C'est seulement au début des années 1970, et notamment pendant la campagne présidentielle de 1974, que l'inégalité devient un enjeu politique essentiel. [Lire gratuitement l'article]

 

Les politiques économiques libérales.
Bilan d’une décennie

Paul Mentré

1988 marque le dixième anniversaire de l’adoption par les électeurs californiens de la « proposition 13 », un référendum d’initiative populaire plafonnant le taux de l’impôt foncier, à l’origine de la « révolte fiscale » américaine et du reaganisme. Moins d’un an après, Margaret Thatcher, réélue deux fois, fêtera le dixième anniversaire de sa présence à la tête du gouvernement britannique, alors même que ses choix politiques et économiques n’ont cessé d’être présentés comme inacceptables. L’élection présidentielle française verra un débat économique entre la gauche et la droite rénové par la mutation des mentalités au cours des dernières années. Le moment est venu de porter un regard sur ces dix années. Comment un mouvement d’idées, assez limité au départ, a-t-il pu connaître un tel succès dans le monde ? Dans quelle mesure ce legs libéral sera-t-il préservé dans l’avenir et notamment en France ? [Lire gratuitement l'article]

 

La religion des modernes.
Les mouvements gnostiques de notre temps

Éric Voegelin

Éric Voegelin est un penseur politique pour ainsi dire inconnu en France,. Mais c'est une figure considérable en Allemagne, et aux États-Unis. Né à Cologne, il fut professeur à l'université de Vienne jusqu'en 1938, date à laquelle il dut s'exiler aux États-Unis où il y enseigna dans de nombreuses universités, particulièrement à la Louisiana State University. Il retourna en Allemagne en 1958 pour enseigner à l'université de Munich, jusqu'à sa retraite en 1966. Il est mort aux États-Unis en 1985. À ses yeux, les grands développements politiques modernes les totalitarismes bien sûr, mais aussi certains traits « révolutionnaires » de la démocratie elle-même proviennent d'une modification et d'une dégradation de la foi chrétienne, modification et dégradation qu'il résume sous le terme de « gnosticisme ». Dans le texte qu'on va lire, paru d'abord en allemand en 1960, Éric Voegelin donne une expression synthétique aux thèmes principaux de sa pensée. [Lire l'article]

 

L’État moderne : problèmes d’interprétation

Pierre Manent

Parler de l'État moderne, c'est présupposer sa différence spécifique. Ici réside un élément impondérable mais décisif : comment, jusqu'où accentue-t-on l'intensité, la profondeur, la radicalité de cette différence ? Ce sentiment de la différence est à l'origine de la « philosophie de l'histoire » en tant que telle : il la rend nécessaire. Comment ? [Lire gratuitement l'article]

 

La « France plurielle » ?

Dominique Schnapper

Philippe Ariès remarque justement que « les civilisations d'autrefois étaient des civilisations de la bigarrure, qu'il y avait un monde de diversités, de différences ou d'inégalités très grandes, de hiérarchies ». Deux traits essentiels de la modernité ont conféré un sens nouveau à la diversité : la nécessité d'une formation intellectuelle commune pour participer à la vie économique, la passion de l'égalité non plus seulement juridique, mais aussi économique et sociale, qui tend à faire percevoir toute diversité en termes de supériorité ou d'infériorité. L'effort vers l'unification politique, économique et culturelle, qui a caractérisé tous les mouvements nationalistes européens au XIXe siècle, a été particulièrement intense dans la France républicaine, État-nation par excellence, qui héritait du travail de centralisation politique et culturelle de la monarchie. Que signifie donc le nouveau discours de la France plurielle, à la fois concept scientifique et argument de la vie politique depuis la fin des années 1970 ? [Lire gratuitement l'article]

 

*
*  *

Lire ou relire les articles récents de Commentaire

Pour cela, nous vous proposons d’acheter à un tarif promotionnel les numéros de l’année 2019 (n° 165, 166, 167, 168) sous format numérique au prix de 15 € le numéro (au lieu de 23 €, soit la collection complète de 2019 à 60 € au lieu de 92 €).

Accédez à notre boutique en ligne en cliquant sur le lien : www.commentaire.fr

 

*
*  *

 

À nos abonnés, à nos lecteurs,

L’expédition des numéros papier est suspendue jusqu’à nouvel ordre, c’est pourquoi en attendant que vous puissiez recevoir le numéro commandé, nous vous offrons sa version numérique sous format PDF. Ceci est valable également pour les nouveaux abonnements papier souscrits à partir du numéro en cours,

n° 169 Printemps 2020.

Pour nos abonnés qui renouvellent leur abonnement, nous les invitons à le faire de préférence dans notre boutique en ligne avec un règlement sécurisé par carte bancaire ou par virement (IBAN : FR76 3000 4001 5800 0101 1720 391 –
BIC : BNPAFRPPPGB)
en précisant votre nom et votre numéro d’abonné.

Nous vous remercions de votre compréhension,

la revue a besoin de votre soutien.

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
116, rue du Bac 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2020 Commentaire - Tous droits réservés
twitter
facebook
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel