Logo
Les classiques de la liberté (XI)

La lettre du vendredi 29 octobre 2021

Depuis sa fondation, Commentaire s'attache à l'étude des fondements, des perspectives et des conséquences du libéralisme politique. De la défense de l’indépendance individuelle, menée par Benjamin Constant, au nouvel article de Philippe Raynaud, consacré à la philosophie d’Alain, nous vous proposons aujourd’hui de (re)découvrir quelques textes issus de notre rubrique « Les classiques de la liberté ».

Le philosophe et le citoyen.
Remarques sur la philosophie d’Alain

Philippe RAYNAUD
n° 175 – automne 2021

 

image

Dans l'héritage de la philosophie française du xxe siècle, Alain n'occupe pas une place aussi importante que les penseurs de l'après-guerre ou que ceux de la génération « structuraliste ». Néanmoins, son œuvre n'est pas oubliée, comme en témoignent diverses publications récentes, et comme l'ont montré les controverses qui ont suivi la publication de son journal. Sans être toujours reconnu comme un classique, Alain reste l'objet d'un intérêt soutenu et mérite d'être étudié. P. R. [Lire l’article]

 

Hayek et les capitalistes

Thierry AIMAR
n° 174 – été 2021

 

image

Hayek est-il favorable aux capitalistes ? Drôle de question… Comment le célèbre représentant libéral de la théorie autrichienne, ce farouche défenseur du commerce libre et des prix marchands, pourfendeur de toutes les formes de socialisme, ne pourrait-il pas être du côté des propriétaires des facteurs de production ? Et pourtant ! L'examen attentif et objectif des textes de ce penseur majeur du xxe siècle, à la fois philosophe, juriste, psychologue et économiste (prix Nobel en 1974), devrait nous conduire à une réponse plus subtile qu'on pourrait le croire. T. A. [Lire gratuitement l’article]

 

Bills of Rights et Déclaration des droits de l’homme.
Tableau comparatif

Georg JELLINEK
n° 125 – printemps 2009

 

image

Les États-Unis connaissent un nouveau Président. Il a rappelé son attachement, et celui de son pays, aux droits de l'homme. L'attentat du 11-Septembre avait conduit G. W. Bush et le précédent Congrès à adopter une législation pénale qui s'écartait de la tradition libérale de protection des droits individuels mais déjà la machine judiciaire, grâce à la Cour suprême, tend à effacer les excès de cette poussée de fièvre sécuritaire.
En hommage à ce retour à la doctrine libérale, nous avons décidé de republier le fameux tableau de Georg Jellinek, comparant les dispositions de la Déclaration française des droits de l'homme et du citoyen avec celles des Bills of Rights américains, adoptés par les différents États qui se fédérèrent pour mener la guerre d'indépendance et la Révolution, événements qui aboutirent à la constitution des États-Unis. [Lire l’article]

 

La responsabilité des ministres

Benjamin CONSTANT
n° 63 – automne 1993

 

image

La récente réforme constitutionnelle nous incite à publier le principal d'un article de Benjamin Constant sur la responsabilité ministérielle paru dans Le Temps du 31 mai 1830. Il fait suite à un article du 30 avril de la même année traitant de la responsabilité des fonctionnaires et autres agents publics. [Lire l’article]

 

Le problème des nationalités

Élie HALÉVY
n° 57 – printemps 1992

 

image

Nous avons souvent souligné dans cette revue l'importance majeure de l'oeuvre et de la personnalité d'Élie Halévy. Après sa mort, en 1937, la Revue de Métaphysique et de Morale, dont il avait été un des fondateurs et qu'il avait dirigée en fait durant la longue maladie de Xavier Léon, publia un bref texte en une double page glissée comme une lettre dans la livraison de la revue. C'était en octobre 1938, après Munich, la guerre s'annonçait, et le texte d'Halévy prenait « une singulière et tragique actualité », témoignant « chez l'historien et le philosophe d'un pénétrant et prophétique sentiment des réalités ». Nos lecteurs verront combien cet exposé lucide conserve de force historique et de pénétration philosophique 72 ans après avoir été prononcé et 54 ans après avoir été publié. [Lire l’article]

 

Comment les dogmes finissent

Théodore JOUFFROY
n° 27 – automne 1984

image

Quand un dogme touche à la fin de son règne, on voit naître d'abord une indifférence profonde pour la foi reçue. Cette indifférence n'est point le doute : on continue de croire ; pas même une disposition à douter ; on ne s'est point encore avisé que le doute fût possible ; mais c'est le propre d'une croyance qui n'a plus de vie et qui ne subsiste que par la coutume. Dans les temps éloignés où le dogme prit naissance, on l'adopta parce qu'il parut vrai ; on croyait alors et on savait pourquoi : la foi était vivante. [Lire l’article]

 

Vers le troisième parti

Benjamin CONSTANT
n° 20 – hiver 1982

image

C'est donc vers le troisième parti, si l'on peut appeler parti l'immense majorité des Français, et la totalité des Français raisonnables, c'est vers le troisième parti qu'il faut tourner nos regards. C'est là qu'il faut chercher les organes de nos vœux, les appuis de nos droits. Mais où sont-ils, me dira-t-on, ces hommes auxquels j'attribue l'honneur exclusif de l'indépendance ? La désignation que j'emploie est-elle moins vague que celles que j'ai rejetées en commençant cet écrit ? À quelles marques certaines, à quels signes infaillibles reconnaîtra-t-on ces indépendants que je recommande ? B. C. [Lire l’article]

 

Renan, l’État et les « passions françaises »

Laudyce RÉTAT
n° 13 – printemps 1981

image

À travers le paradoxe d'un à-rebours temporel, Renan, dans ses études de 1877 sur le xive siècle politique et religieux, formule et actualise, par la rétrospection même, son interrogation du monde contemporain. En plongeant dans le Moyen Âge pour y observer la naissance de l'État moderne, il tente de saisir la source de la source, l'annonce, sinon la figure, de la Révolution. L. R. [Lire l’article]

 

La Révolution française
ne vous frappe-t-elle pas d’étonnement ?
Ils ont le pouvoir, mais auront-ils assez de modération
pour se donner une bonne constitution ?

Edward GIBBON
n° 6 – été 1979

 

image

Gibbon pose cette double question en écrivant à Lord Sheffield, en août 1789. D'abord avec curiosité, puis avec fureur, parfois avec admiration, Gibbon observera de Lausanne le cours de la Révolution. Ses réflexions, écrites vivement, au fil des jours et de ses correspondances, ont été publiées en Angleterre un an après sa mort, en 1795, puis très vite traduites en France. Nous empruntons aux mémoires de Gibbon ces Considérations sur la Révolution française. Nos lecteurs y découvriront le témoignage d'un libéral du xviiie siècle luttant contre les maux opposés du despotisme et de la démocratie, cheminant de l'espoir à l'inquiétude, puis à l'indignation, au fur et à mesure des événements qui se déroulent du 14 juillet 1789 au 21 janvier 1793. J.-C. C. [Lire gratuitement l’article]

*
*  *

À noter

Pour découvrir et lire le numéro 175 Automne 2021 et les suivants, aussi bien dans leur version papier que numérique, nous vous proposons de souscrire un abonnement couplé « Duo » à un tarif avantageux.

Pour la souscription ou le renouvellement d’abonnement, nous vous remercions de privilégier l’achat dans notre boutique en ligne : https://www.commentaire.fr/boutique/abonnement 
avec un règlement sécurisé par carte bancaire.

 

*
*  *

Découvrez l'intégralité du numéro 175 Automne 2021
sur notre site Internet
LIEN COMMENTAIRE

 

image

 

*
*  *

 

image

 

Retrouvez sur le site de Radio Classique l'émission de Jean-Claude Casanova et Jean-Marie Colombani en direct le samedi de 8 h à 8 h 30 et en podcast à tout moment.

Voici le lien : Radio Classique

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
76, rue des Saints-Pères 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2021 Commentaire - Tous droits réservés
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel