Les classiques de la liberté (X)

La lettre du vendredi 9 octobre 2020

Comme nous l’avons dit, en inaugurant cette lettre, nous souhaitons permettre à ses lecteurs de découvrir ou de redécouvrir la série intitulée Les classiques de la liberté. Dès sa fondation, Commentaire s'est attachée à l'étude des fondements, des perspectives et des conséquences du libéralisme politique. Voici donc les derniers de ces articles. Ils concernent de grands auteurs Rémusat, Guizot, Constant, Tocqueville, et aussi de grands textes (Bill of rights et la Déclaration française des droits) ou de grands mouvements en faveur de la liberté (la Résistance à l’Occupation en France et la résistance au communisme en Pologne).

Charles de Rémusat, « penseur » de la Révolution française

Hervé Robert
N°122/Été 2008

Dans notre précédent numéro, il était déjà question de Charles de Rémusat à propos de ses Mémoires et de ses rencontres avec Royer-Collard, Tocqueville et Thiers (Jean Bécarud, « Rémusart, Royer-Collard et Tocqueville », Commentaire, n°121, printemps 2008, p. 181). Hervé Robert revient sur cette grande figure du libéralisme français. Rémusat, comme tous les libéraux du xixe siècle (et comme tous les grands historiens), s’est efforcé de « penser » la Révolution française. [Lire gratuitement l'article]

 

Bill of Rights et Déclaration des droits de l’homme

Georg Jellinek
N°125/Printemps 2009

Les États-Unis connaissent un nouveau président : Obama. Il a rappelé l’attachement de son pays, aux droits de l'homme. L'attentat du 11 septembre avait conduit le précédent Congrès à adopter une législation pénale qui s'écartait de la tradition libérale de protection des droits individuels, comme souvent lorsqu'un pays se sent menacé dans sa sécurité . Mais déjà la machine judiciaire, grâce à la Cour suprême, tend à effacer les excès de cette poussée de fièvre sécuritaire. Le Président Obama s'est engagé dans la même voie. Aussi, en hommage à ce retour à la doctrine libérale, avons-nous décidé de republier  un document que connaissent les juristes attentifs à l'histoire. Il s'agit du tableau, établi par Georg Jellinek, qui compare les dispositions de la Déclaration française des droits de l'homme et du citoyen avec celles des Bills of Rights américains, adoptés, avant la Déclaration française, par les différents États qui se fédérèrent pour mener la guerre d'indépendance et la Révolution, événements qui aboutirent à la constitution des États-Unis. [Lire l'article]

 

Les Guizot et l'Angleterre

Laurent Theis
N° 140/Hiver 2012

Lorsque François Guizot, protestant et libéral, est nommé ambassadeur à Londres en 1840, il possède déjà une connaissance approfondie de l'histoire et de la société anglaises, sur lesquelles portent ses œuvres majeures. La politique, avec la première entente cordiale, renforce les affinités du ministre avec le voisin d'outre-Manche. Des amitiés fidèles enrichissent cette anglophilie, qui s'étend à toute la famille Guizot. Pour eux, l'Angleterre, terre d'exil en 1848, est une seconde patrie. [Lire l'article]

 

Signification de la Résistance

Étienne Borne
N° 146/Été 2014

Il y a bien longtemps que nous voulions publier un article de réflexion sur la Résistance française pendant l'Occupation. Au début de la revue, nous en avions parlé avec Raymond Aron qui pensait qu'au-delà des choix politiques la décision de résister au national-socialisme était un impératif moral, comme celui de résister au communisme ; un devoir qui s'imposait à celui qui était avant tout attaché à la liberté. Ce texte d'Étienne Borne convient pour célébrer le soixante-dixième anniversaire de la Libération. Borne était un ami d'Aron. Il entra dans la Résistance dès 1940, au mouvement Combat. Il affirme que la cause de la Résistance, la cause de la liberté, celle aussi de la justice, se confondaient et qu'aucune des autres causes ne peut être mise sur le même plan, quels que soient les égards qu'on doive aux personnes et le pardon que l'on doive aux coupables des fautes commises. [Lire l'article]

 

Benjamin Constant ou « la liberté en tout »

Laurent Theis
N° 165/Printemps 2019

Une gravure de 1825, intitulée Le Côté gauche, représente d'un côté Horace Sébastiani, qui vient de l'armée et de la diplomatie, de l'autre Casimir Périer, industriel et homme d'affaires, entre eux Benjamin Constant, le plus facile à reconnaître car alors la personne la plus illustre de cette trinité. À 59 ans, le député de Paris est l'un des grands hommes de l'opposition au cabinet Villèle, et à la politique réactionnaire, comme on dit déjà, qu'il conduit avec la bénédiction de Charles X. La Restauration fut l'âge d'or de l'éloquence parlementaire, durant ces quinze années, de la chute de l'Empire à l'installation de la monarchie de Juillet, Constant fut la plus puissante figure de la gauche, dans l'acception et le contenu que revêt alors l'expression. Mais quelle gauche ? [Lire l'article]

 

Correspondance d'Alexis de Tocqueville et François Buloz

Hervé Robert
N° 169/Printemps 2020

François Buloz voulut compter Alexis de Tocqueville parmi les auteurs de sa Revue des Deux Mondes. Et jamais Tocqueville n'écrivit pour elle. Il lança sa première sollicitation en septembre 1837. Rien n'y fit. Tocqueville n'envoya jamais aucun article à Buloz. Leur dialogue épistolaire, demeuré en grande partie inédit, témoigne d'une collaboration inaboutie. Après une ultime relance de son correspondant, Tocqueville mit un terme à leur dialogue épistolaire en formulant un aveu d'impuissance dans sa lettre du 19 octobre 1857, la dernière conservée. [Lire l'article]

 

 

Lettre à Maritain et à Mauriac

Joseph Czapski
N° 169/Printemps 2020

Joseph Czapski était issu d'une famille aristocratique. Il naquit à Prague, vécut son enfance dans un château de l'actuelle Biélorussie et fit ses études de droit à Saint-Pétersbourg. Après que l'Allemagne eut attaqué l'URSS en juin 1941, Staline décida de créer, à partir des Polonais prisonniers ou déportés en URSS, une armée placée sous la direction du général Anders, qu'il fit sortir de prison. L'armée Anders, qui relevait du gouvernement polonais en exil à Londres, quitta la Russie par l'Iran et rejoignit les troupes alliées par l'Afrique du Nord pour participer à la campagne d'Italie. Anders avait confié à Czapski la tâche de s'occuper de la propagande et des communiqués de presse au sein de cette armée. À ce titre, il était responsable de l'hebdomadaire Orzel Bialy (« L'Aigle blanc »). C'est dans cet organe qu'il publiera en français le 5 octobre 1944 la lettre ouverte sur la menace communiste en Pologne à Jacques Maritain et à François Mauriac qu'on va lire. [Lire gratuitement l'article]

 

Rendez-vous dans la rubrique "Digitale" de notre site pour retrouver toutes les lettres consacrées aux Classiques de la liberté !

Cliquez ici pour découvrir le sommaire complet du n° 171 Automne 2020

 

*
*  *

À nos abonnés, à nos lecteurs,


Pour découvrir et lire le numéro 171 Automne 2020 et les suivants, aussi bien dans leur version papier que numérique, nous vous proposons de souscrire un abonnement couplé « Duo » à un tarif avantageux.

Découvrez notre nouvelle offre « DUO » sur notre site : Boutique/Abonnement

Pour nos abonnés qui renouvellent leur abonnement ou pour nos lecteurs qui souscrivent un premier abonnement, nous les invitons à le faire dans notre boutique en ligne :

  • avec, de préférence, un règlement sécurisé par carte bancaire,
  • sinon, par virement en cochant « par chèque » (IBAN : FR76 3000 4001 5800 0101 1720 391 – BIC : BNPAFRPPPGB) en précisant votre nom ou votre numéro d’abonné pour un réabonnement.

Nous vous remercions de votre compréhension, 

Commentaire a besoin de votre soutien.

 

*
*  *

 

Retrouvez dès demain en direct et sur le site de Radio Classique l'émission de Jean-Claude Casanova et Jean-Marie Colombani.
Voici le lien : Radio Classique

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
116, rue du Bac 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2020 Commentaire - Tous droits réservés
twitter
facebook
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel