Les classiques de la liberté (VI)

La lettre du vendredi 1er février 2019

Nous poursuivons la découverte ou la redécouverte de la série intitulée « Les classiques de la liberté », en présentant ici une dizaine d’articles tirés de cette série. Dès sa fondation, Commentaire s'est attachée à l'étude des fondements, des perspectives et des conséquences du libéralisme politique. Voici donc ces articles. Ils concernent Bernard Lazare, Lord Acton, Taine, Benjamin Constant, Alain et Isaiah Berlin.

La loi et l'enseignement libre

Bernard Lazare et les congrégations, Jean-Marie Mayeur 

La loi et les congrégations, Bernard Lazare 

N° 64 Hiver 1993

 Nous reproduisons la « consultation » de Bernard Lazare à Charles Péguy dans nos Classiques de la liberté pour trois raisons : 1) on oublie trop facilement que ceux qui défendaient Dreyfus au nom de la liberté et de la justice auraient dû, à partir de 1902, défendre pour les mêmes raisons les écoles des congrégations ; 2) dans l'histoire du libéralisme français le souvenir de Bernard Lazare mérite d'être conservé dans son intégralité ; 3) quand on souhaite réformer la loi Falloux pour permettre aux communes d'aider de façon équitable les écoles libres, on défend en même temps deux causes libérales : la liberté des familles de donner l'enseignement de leur choix à leurs enfants et la liberté des communes de disposer librement de leurs ressources. Autrement dit la liberté de l'enseignement et la liberté des communes. [Lire la suite]

Jean-Marie Mayeur éclaire nos lecteurs par une introduction historique au texte de Bernard Lazare publié par Péguy dans les Cahiers de la Quinzaine en 1902. [Lire la suite]

 

Lord Acton, historien libéral et catholique

Franck Lessay
N° 68 Hiver 1994

 Les raisons pour lesquelles on relit un historien du passé ont toujours quelque chose d'ambigu. L'intérêt peut tenir au style, à la place occupée dans le développement de la discipline, à la valeur des jugements généraux portés par l'auteur, au caractère prophétique de certains de ses aperçus. On présume que, depuis son époque, la recherche historique a progressé, comme il paraît naturel. Mais la vérité de type scientifique n'est pas, en l'occurrence, l'objet qu'on poursuit en premier. Lord Acton obéit à la règle, dont l'œuvre abondante et diverse, sans dire le dernier mot des sujets qu'elle aborde, mérite amplement la relecture. Il est vrai, aussi, que cet éminent écrivain victorien fut un historien bien singulier. Il atteignit le sommet de la hiérarchie académique alors qu'il n'avait pas suivi de carrière universitaire. [Lire la suite]

 

La nationalité

Lord Acton
N° 68 Hiver 1994

Le grand essai de John Emerich Edward Dalberg, Lord Acton, dont Commentaire est heureux de proposer à ses lecteurs la première traduction en français, a paru en 1862. Il a été republié depuis cette date dans toutes les éditions des œuvres de Lord Acton. Les intertitres ont été ajoutés par nous. Nous publierons, dans notre prochaine livraison, une étude sur la controverse John Stuart Mill-Lord Acton, à propos de la nation et du fédéralisme. L'opposition des deux grands penseurs libéraux du XIXe siècle anglais transparaît dans l'essai qui suit. [Lire la suite ]

 

Fondation de l'École libre des sciences politiques 

Hippolyte-Adolphe Taine
N° 63 Automne 1993

 La célébration de Renan s'achève. S'ouvre la commémoration d'Hippolyte Taine (1828-1893) son contemporain, l'autre grand libéral de la fin du XIXe siècle. Pour cela nous avons choisi le texte qu'il rédigea en 1871 pour annoncer la fondation de l'École libre des sciences politiques par son disciple et ami Émile Boutmy. On y lit la détermination qui s'empara de l'élite française après la défaite de 1870, et les résolutions intellectuelles et libérales qu'elle en tira. [Lire gratuitement la suite]

 

Taine et les humanités

Jean-Thomas Nordmann
N° 65 Printemps 1994

Nous poursuivons, avec l'article de Jean-Thomas Nordmann. [Lire la suite]

 

Taine et l'Angleterre

François Leger
N° 66 Été 1994

Comme Montesquieu, Constant, Tocqueville et Guizot, Taine est un admirateur des institutions politiques anglaises. Jusqu'à lui et au-delà de lui, l'école libérale et l'école anglaise tendent à se confondre en France. [Lire la suite]

 

La responsabilité des ministres

Benjamin Constant
N° 63 Automne 1993

 La réforme constitutionnelle nous incite à publier un article de Benjamin Constant sur la responsabilité ministérielle paru le 31 mai 1830. [Lire la suite]

 

Entre économie et politique. Le libéralisme d'Alain

Thierry Leterre
N° 72 Hiver 1995

 Né aux dernières heures de l'Empire, mort au commencement des années 50, Alain passe ainsi sa vie entre une dictature effondrée et le totalitarisme nazi abattu, dans une période ponctuée par trois guerres. Les convulsions du temps, il ne les ignore pas. Il y participe même : la virulence du polémiste républicain au tournant du siècle, l'engagement de l'agent électoral (en 1902), ses trois ans de guerre comme simple soldat pendant la Première Guerre mondiale, le soutien aux pacifistes, sa présence au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (à partir de 1934) témoignent d'une passion continue pour la politique. Mais cette passion possède un double intime, la pensée politique. [Lire la suite]

 

Libéralisme, pluralisme et communautarisme : actualité d'Isaiah Berlin

Jean Leca
N° 70 Été 1995

 « Je n'entends pas faire ici l'historique de ce mot protéiforme [Liberté] ni passer en revue ses quelque deux cents acceptions recensées par les historiens des idées. Bien plutôt, je me propose de n'en examiner que deux - car elles ont joué un rôle décisif dans l'histoire des hommes et, j'ose le dire, continueront à le faire encore longtemps. Le premier de ces sens, que (à la suite de nombreux penseurs) je qualifierai de " négatif ", est contenu dans la réponse à la question : " Quel est le champ à l'intérieur duquel un sujet - individuel ou collectif - doit ou devrait pouvoir faire ou être ce qu'il est capable de faire ou d'être, sans l'ingérence d'autrui ? " Le second, que j'appellerai " positif ", est contenu dans la réponse à la question : " Sur quoi se fonde l'autorité qui peut obliger quelqu'un à faire ou à être ceci plutôt que cela? " Ces deux questions sont visiblement différentes bien que leurs réponses puissent se recouvrir partiellement ». Tel est le sujet choisi par Isaiah Berlin pour sa leçon inaugurale délivrée le 31 octobre 1958 à l'Université d'Oxford. Publiée en 1958, Two Concepts of Liberty est depuis trente-cinq ans l'une des contributions les plus éminentes à la réflexion politique. [Lire la suite]

 

*
*  *

 

Retrouvez la liste intégrale des classiques de la libertés sur www.commentaire.fr

 

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova
116 rue du Bac – 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2019 Commentaire - Tous droits réservés
twitter
facebook
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel