Logo
Le numéro 177 vient de paraître

La lettre du vendredi 11 mars 2022

Le numéro de printemps de Commentaire, n° 177, vient de paraître. Il est dès à présent disponible en kiosque, en librairie et sur notre site Internet.
Cette semaine, nous vous proposons de découvrir nos articles consacrés à l'élection présidentielle de 2022 ainsi que notre nouvelle revue de presse internationale.

 

image

L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

 

Au mois d’avril se déroulera en France l’élection présidentielle. Chacun sait l’importance de cette élection dans la politique française. Chacun sait la lourde tâche qui attend pendant cinq ans, dans la situation de la France et de l’Europe, le prochain titulaire de cette fonction. Nous avons pensé que les directeurs de la revue devaient exprimer leurs opinions sans en débattre entre eux, ni même se consulter ou se corriger. Ce sont les mœurs de la liberté. Au lieu d’un texte unique, nous proposons donc à nos lecteurs trois articles, qui, pensons-nous, les éclaireront mieux sur la situation politique et sur nos préférences. Ils ont été écrits et composés en imprimerie avant le 21 février et l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe. Ces événements dramatiques seront présents à l'esprit du lecteur ; ils ne modifient pas les analyses et les conclusions proposées par les auteurs de ces articles.

 

Pour Macron

Jean-Claude CASANOVA

 

image

 [Lire gratuitement l’article]

 

Continuons avec Macron

Philippe RAYNAUD

 

image

 [Lire gratuitement l’article]

 

Pourquoi je voterai Pécresse

Philippe TRAINAR

 

image

[Lire gratuitement l’article]

 

REVUE DE PRESSE

 

image

Au moment, le 22 février, où nous mettons sous presse ce numéro, nous ne savons pas ce qu'il adviendra en Ukraine, parce que nous ne savons pas, après le discours de Poutine, quels buts finaux il poursuit. Il veut certainement : 1. affaiblir, corrompre la démocratie et l'économie ukrainiennes ; 2. s'emparer d'une partie de l'Ukraine à l'est, où il a décrété l'existence de deux Républiques populaires ; 3. affirmer le rôle mondial de la Russie et entamer une négociation globale sur la sécurité en Europe. Veut-il réintégrer de force toute l'Ukraine dans l'empire russe ? Pour l'instant, il a renforcé le sentiment national des Ukrainiens et leur souhait d'appartenir à l'Union européenne, et il a rapproché la Finlande et la Suède de l'OTAN. Grâce à lui, les liens entre l'Europe et les États-Unis se sont resserrés. En même temps qu'il fait défiler ses bataillons, il a doté le Kremlin d'une table gigantesque, qui, dans sa démesure, le fait ressembler à Benito Mussolini. Nous saurons bientôt s'il veut faire couler le sang en Ukraine et offrir à l'Europe une tragédie, ou bien si cette sinistre comédie cessera après qu'il aura montré ses muscles. [11 mars : Nous savons maintenant qu'il veut s'emparer de la totalité de l'Ukraine et transformer la démocratie en une autocratie locale. Il doit désormais comprendre que « justifier un crime est moins facile que de le commettre ».]
Nous avons néanmoins retenu deux articles sur ce sujet. Le premier a pour auteur un spécialiste britannique de l'Europe de l'Est, Andrew Wilson. Il dissèque les arguments historiques utilisés par Poutine et ressassés par ses admirateurs en France pour avancer que l'Ukraine et la Russie forment une seule et même nation.
Dans le second article, Francis Fukuyama, que nos lecteurs connaissent bien, considère que les dirigeants ukrainiens doivent cesser de parler d'adhésion à l'OTAN, parce que cela ne se produira pas pour l'instant et ne servirait à rien, sinon à déconsidérer l'Organisation si la Russie envahissait leur pays comme elle le fit naguère en Hongrie ou en Tchécoslovaquie. En revanche, tout ce qui augmente le coût d'une invasion pour la Russie doit être fait, par les Ukrainiens en s'organisant mieux et en s'armant davantage, et par les démocraties, qui doivent les y aider.
Avec l'article d'Olivier Babeau nous changeons de sujet. Il revient sur la sotte décision prise par l'administration du rectorat de Paris qui veut interdire à deux lycées parisiens, Henri-IV et Louis-le-Grand, de recruter leurs élèves de seconde sur dossier. Ils devront les sélectionner par une procédure informatisée, plus exactement obéir à une discrimination « positive » et aveugle. Ces lycées ne pourront pas choisir les meilleurs, parmi ceux qui sont socialement défavorisés, car l'idée même d'excellence constitue le signe de la domination. Je croyais que le ministère de l'Éducation prônait l'autonomie des établissements. Quand le fonctionnaire souffre de l'excellence et de la compétition, il devient idéologue.
Commentaire recherche un bon critique de films et de séries. Une candidate nous demande : qu'est-ce qu'un « bon critique » ? Pour lui répondre : il suffit, comme en tout exercice intellectuel, de chercher des modèles qu'on puisse admirer pour les imiter, pour s'en inspirer et pour tenter de faire mieux. Voici donc un des articles que Bernard de Fallois publia, il y a bien longtemps, à propos de la Nouvelle Vague. Reproduisons-le parce qu'il est excellent et pour rendre hommage une nouvelle fois à Bernard de Fallois et aux Éditions de Fallois qui ont republié tous ses articles concernant le cinéma. Nous le faisons avec bonheur, mais avec tristesse aussi, puisque cette maison d'édition, animée par Dominique Goust après la disparition de Bernard, conformément aux vœux de son fondateur, achève ses activités en 2022.

Serge LANÇON

 

La Russie et l'Ukraine ne forment-elles qu'« un seul peuple » ?

Andrew WILSON

 

image

En juillet 2021, le Président Vladimir Poutine a publié un article stupéfiant, déniant à l'Ukraine une histoire indépendante ; il a ensuite développé son argument lors d'une session de questions-réponses. L'ancien Président Dmitri Medvedev a poursuivi sur cette ligne avec une lettre ouverte où il employait un langage peu diplomatique pour qualifier les Ukrainiens de « peuple qui n'a pas d'identité stable », « proie de forces nationalistes enragées » et « totalement dépendant ». « Nous n'avons aucune raison de traiter avec ces vassaux », concluait-il. Cet article dissèque les arguments historiques utilisés pour justifier leur commune affirmation selon laquelle la Russie et l'Ukraine ne forment qu'une seule et même nation. A. W. [Lire l’article]

 

L'Ukraine et l'OTAN

Francis FUKUYAMA

 

image

 

Décembre 2021. Vladimir Poutine, qui a toujours habilement pratiqué l'extorsion, exige que l'OTAN renonce à soutenir l'adhésion ultérieure de la Géorgie et de l'Ukraine, comme elle s'y était engagée au Sommet de Bucarest en 2008. Inutile de dire que ni les États-Unis ni les autres pays membres de l'OTAN ne devraient céder à cette exigence. Le simple fait d'en discuter constituerait une incroyable faiblesse et légitimerait l'un des prétextes les plus fragiles qui aient été donnés récemment pour entrer en guerre. Cela dit, l'adhésion de ces deux pays à l'OTAN était, et sera dans un avenir proche, une mauvaise idée. Voici pourquoi. F. F. [Lire l’article]

 

Lycées Henri-IV et Louis-le-Grand,
ce sont les principes de 1789 qu'on abandonne

Olivier BABEAU

 

image

 

Les lycées Henri-IV et Louis-le-Grand, à Paris, ne recruteront plus leurs élèves de seconde sur dossier, mais à travers une procédure informatisée où il sera notamment tenu compte d'un « indice de position sociale » attribuant des points bonus. Le symbole est fort : les deux bastions de l'excellence républicaine, qui profitaient d'une capacité exceptionnelle à sélectionner en fonction de leur niveau les meilleurs élèves venus de partout, sont tenus par le rectorat d'adopter des formes de discriminations positives visant à la mixité sociale. Une nouvelle manifestation de la crise du rapport de la France à ses élites. O. B. [Lire l’article]

 

L'eau tiède de la Nouvelle Vague

Bernard de FALLOIS

 

image

Le cinéma ressemble souvent à une religion : ses adeptes sont jeunes et fort passionnés. Il a, lui aussi, ses sectes : la Nouvelle Vague en est une. Il lui fallait un chef-d'œuvre, elle le fit. Ce chef-d'œuvre s'appelle À bout de souffle. Nous sommes le malheureux disgracié, l'analphabète, et sans doute le salaud, qui a vu À bout de souffle, et, l'ayant vu, ne l'a trouvé ni terriblement original, ni particulièrement sympathique. Nous pousserons même l'ignominie jusqu'à assortir ce jugement de plusieurs réserves favorables. Car, si le film de Jean-Luc Godard ne nous a pas semblé un chef-d'œuvre, nous le tenons cependant pour l'expression la plus franche, la plus complète, la plus réussie de la Nouvelle Vague. Un document sinon un monument. Un document qui appelle quelques remarques. B. d. F. [Lire l’article]

 

image

La section Économie de l’Académie des sciences morales et politiques organise une conférence exceptionnelle autour du rapport remis par Jean Tirole et Olivier Blanchard, sous le titre « Les grands défis économiques ».
Elle réunira, autour de Jean Tirole, Jean-Laurent Bonnafé (président-directeur général de BNP Paribas), Benoît Cœuré (président de l’Autorité de la concurrence), Hélène Rey (correspondante de l’ASMP) et Pierre-André Chiappori (membre de l’ASMP).

Pour assister à la conférence, il est nécessaire de s’inscrire via le lien suivant :

https://www.eventbrite.fr/e/lurgence-du-long-terme-entretiens-autour-du-rapport-blanchard-tirole-tickets-292245402867

 

*
*  *

 

À noter

 

Dans notre boutique en ligne, vous pouvez, avec paiement sécurisé par carte bancaire,

– vous abonner, vous réabonner ou offrir un abonnement : Abonnement

– acheter des numéros (papier, numérique ou couplé) : Achat au numéro

– acheter des articles : Achat d'articles

 

Crédit d’impôt pour le premier abonnement à une publication trimestrielle

Si vous êtes contribuable domicilié en France et souscrivez pour la première fois un abonnement d’un an à notre revue, vous pouvez bénéficier du crédit d’impôt de 30 % (visé à l’article 200 sexdecies du CGI). Reçu fiscal sur demande à infos@commentaire.fr

 

Commentaire a besoin de votre soutien.

 

*
*  *

 

image

 

Retrouvez sur le site de Radio Classique l'émission de Jean-Claude Casanova et Jean-Marie Colombani en direct le samedi de 8 h à 8 h 30 et en podcast à tout moment.

Voici le lien : Radio Classique

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
76, rue des Saints-Pères 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2022 Commentaire - Tous droits réservés
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel