La Chine et le monde

La lettre du vendredi 2 octobre 2020

On vient d’apprendre que la marine de guerre chinoise (en tonnages du moins) surpasse la Navy américaine. La Chine est bien devenue la seconde grande puissance mondiale. Elle est devenue en même temps une très puissante économie, même si pour le produit par tête elle reste loin encore du niveau occidental. Elle est aussi une puissance commerciale, très largement exportatrice mais qui respecte mal les brevets et n’accorde pas aux entreprises occidentales sur son territoire les libertés qu’elle revendique quand elle investit à l’étranger. Le communisme avait détruit l’économie et imposé l’autarcie. Désormais les entreprises prospèrent, leurs propriétaires grâce au marché mondial s’enrichissent et envoient leurs enfants étudier en Amérique, enfin le niveau de vie des Chinois augmente comme il n’avait jamais augmenté sous la tyrannie sanglante de Mao. Mais le pouvoir politique appartient à un parti unique dirigée du centre qui n’accepte ni la compétition électorale ni la liberté de la presse. Exemple nouveau d’un pouvoir politique autocratique qui accepte le libre-échange et qui s’en sert pour accroitre la puissance du pays et le pouvoir de ceux qui commandent. Pour toutes ces raisons, il faut étudier la Chine et s’informer sur elle, sans complaisance et sans préjugés. Voici quelques articles de Commentaire qui y contribuent.

Un panda dans la pièce
Pékin entre communisme et mondialisation 

Marianne Gray
N°171/Automne 2020

En 1814, un poète et fabuliste russe, Ivan Krylov, publia une histoire intitulée « L’homme inquisiteur » racontant la visite d’un musée par un homme qui remarqua toutes sortes de petites choses, sans voir l’éléphant, pourtant bien présent au milieu de la pièce. Fiodor Dostoïevski immortalisa ce conte en y faisant référence dans son roman Les Possédés : « Belinski était tout comme l’homme inquisiteur de Krylov, qui n’avait pas remarqué l’éléphant dans un musée, ayant concentré toute son attention sur les scarabées français ; et il n’est pas allé plus loin. » L’image de l’éléphant dans la pièce fut popularisée en anglais, en 1882, lorsque Mark Twain en fit l’intrigue d’une histoire intitulée The Stolen White Elephant. Diplomatie du panda oblige, nous pourrions imaginer que l’épopée de ce conte se poursuit, après l’Oural et la Floride, vers le Hubei et le Sichuan, où l’éléphant croiserait un « grand ours chat »… [Lire l'article]

 

La Chine : un hégémon bienveillant

François Gipouloux
N°171/Automne 2020

L’émergence de la puissance chinoise s’est accompagnée en Chine d’une élaboration théorique dans le domaine des relations internationales. La Chine entend peser sur la définition de normes et de règles susceptibles de faire pièce au système westphalien. Elle puise pour ce faire dans les ressources de la philosophie confucéenne et réécrit, de façon souvent tendancieuse, l’histoire des relations de l’empire et de ses voisins. Dans un contexte altéré par l’épuisement de la mondialisation et la montée du multilatéralisme, un « modèle chinois » de gouvernance mondiale émerge-t-il de cette nébuleuse dans laquelle sont mobilisés plusieurs concepts comme ceux de « communauté humaine sous le ciel » (tianxia) et d’harmonie ? [Lire l'article]

 

Les nouvelles routes de la soie

Jacques Pelletier
N°171/Automne 2020

Qu’entend-on par nouvelles routes de la Soie ? L’expression provient du discours de Xi Jing Ping en 2013 – soit quelques mois après sa prise de pouvoir – à Astana au Kazakhstan. « Il s’agit de promouvoir l’amitié de peuple à peuple et de créer un meilleur avenir. » Sept ans plus tard où en sommes-nous ? Quelles formes emprunte ce vaste projet, appelé encore One Belt One Road ou Belt and Road Initiative ? Quels dangers présente-t-il ? Quel peut être son avenir ? Laissons l’auteur les examiner d’un œil froid sans nous préoccuper de la nature du régime chinois. [Lire l'article]

 

La fine membrane entre la liberté et le totalitarisme

Zhang Jieping
N°171/Automne 2020

« La Chine m’inquiète », disait un humoriste des années 1950, quand elle effrayait les uns et fascinait les autres. Depuis, elle est devenue un être étrange, d’un côté communiste sans économie communiste avec un parti unique tout-puissant, de l’autre capitaliste, productiviste et mondialiste. Dualité inédite, jusqu’à présent l’autarcie allait de pair avec la dictature. Par ailleurs, la Chine effraie ses voisins, cajole l’Afrique et dispute à l’Amérique l’hégémonie mondiale. Enfin, elle s’irrite des libertés, qui régnaient à Hong Kong, plus qu’à Pékin ! À Hong Kong justement une journaliste, Zhang Jieping, a publié un article qui mérite l’attention. Nous le recommandons à ceux qui croient que tous les hommes n’aspirent pas à la liberté, il démontre – s’il fallait encore le prouver – que les Chinois sont nés et doués pour la liberté, et que leur espoir mérite d’être partagé. [Lire l'article]

 

La diplomatie (en Chine) n'est pas un dîner de gala

René Viénet
N° 166/Été 2019

Cet article est plus qu'un compte rendu des mémoires de Claude Martin, publiés sous le titre : La diplomatie n'est pas un dîner de gala (Éditions de l'Aube, 2018, 946 pages), car il est d'un style et d'une vigueur amusée propres à son auteur, c'est aussi un propos rare dans le genre de l'exercice qui consiste à parler d'un livre. René Viénet profite de l'occasion pour se distraire et distraire ses lecteurs en réglant quelques vieux comptes, de plus d'un siècle, et d'autres plus récents, avec des diplomates, des ministres et des spécialistes des relations avec la Chine, qui manifestement ne sont pas de son goût. Nous lui laissons la liberté de ses appréciations et, à nos lecteurs, celle de les apprécier. [Lire gratuitement l'article]

 

Enjeux de la diplomatie d'influence française
La situation en Chine

Anthony Chaumuzeau
N° 145/Printemps 2014

Lors des journées du réseau de coopération et d'action culturelle à l'étranger à Lille en juillet 2013, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a souhaité donner une impulsion nouvelle à notre action culturelle internationale. L'objet de cet article est de présenter, en prenant comme exemple la Chine, deuxième puissance économique mondiale mais pays (ré-)émergent, la mise en œuvre de cette nouvelle diplomatie d'influence par notre réseau de coopération et d'action culturelle qui en constitue le point d'appui. [Lire l'article]

 

Chine et Europe : la divergence historique

Jean-Claude Asselain
Christian Morrisson
N° 132/Hiver 2010

Une fois n'est pas coutume. Mais sur un livre important, et un sujet encore plus important, nous avons demandé leur avis à deux éminents historiens qui sont aussi des économistes: Jean-Claude Asselain et Christian Morrisson d’analyser l’important ouvrage de Kenneth Pomeranz, The Great Divergence : China, Europe and the Making Of the World Economy (Princeton University Press, 2000). [Lire l'article de Jean-Claude Asselain et celui de Christian Morrisson]

 

La Chine, l'économie mondiale et l'Europe

Jean Pisani-Ferry
N° 131/Automne 2010

L'Europe a été longue à prendre la mesure des conséquences économiques de l'essor de la Chine, beaucoup plus longue en tout cas que les États-Unis, où la question est depuis des années au premier rang des préoccupations. Il est de plus en plus clair que, dans le domaine économique au moins, les États-Unis et la Chine se considèrent mutuellement comme à la fois leurs premiers partenaires et leurs premiers rivaux, tandis que l'Europe reste nostalgique de la relation transatlantique et, mercantilisme mis à part, n'a pas encore défini les enjeux et les objectifs de sa relation stratégique avec Beijing. [Lire gratuitement l'article]

 

La Chine à la quête du monde

Michel Cicurel
N° 131/Automne 2010

L'Empire du Milieu n'a jamais mieux mérité son nom. La Chine se fraye habilement un chemin au centre de gravité du vaste monde et s'effraye de ses fracas. Elle ne cesse de marier les contraires, comme un cocher qui guiderait à grande vitesse un attelage dont les chevaux tirent à hue et à dia. [Lire l'article]

 

Cliquez ici pour découvrir le sommaire complet du n° 171.

*
*  *

À nos abonnés, à nos lecteurs,


Pour découvrir et lire le numéro 171 Automne 2020 et les suivants, aussi bien dans leur version papier que numérique, nous vous proposons de souscrire un abonnement couplé « Duo » à un tarif avantageux.

Découvrez notre nouvelle offre « DUO » sur notre site : Boutique/Abonnement

Pour nos abonnés qui renouvellent leur abonnement ou pour nos lecteurs qui souscrivent un premier abonnement, nous les invitons à le faire dans notre boutique en ligne :

  • avec, de préférence, un règlement sécurisé par carte bancaire,
  • sinon, par virement en cochant « par chèque » (IBAN : FR76 3000 4001 5800 0101 1720 391 – BIC : BNPAFRPPPGB) en précisant votre nom ou votre numéro d’abonné pour un réabonnement.

Nous vous remercions de votre compréhension, 

Commentaire a besoin de votre soutien.

 

*
*  *

 

Retrouvez dès demain en direct et sur le site de Radio Classique l'émission de Jean-Claude Casanova et Jean-Marie Colombani.
Voici le lien : Radio Classique

Commentaire est une revue fondée par Raymond Aron et dirigée par Jean-Claude Casanova, Philippe Raynaud et Philippe Trainar
116, rue du Bac 75007 Paris – ISSN 0180- 8214
Copyright © 1978-2020 Commentaire - Tous droits réservés
twitter
facebook
Si vous ne souhaitez plus recevoir cette newsletter, désabonnez-vous en suivant ce lien pixel